Le Dr. Leu est membre de la Société Allemande pour la phobie du dentiste.

Aide en douceur avec la peur dentaire
consultation téléphonique anonyme Tel: +33 6 32 86 43 15

Temoignages des patients

Témoignages de patients

Depuis 10 ans, les patients allemands atteints de phobie sont soignés dans le cadre de la Thérapie en trois rendez-vous. Dans de nombreuses lettres de patients, ces patients allemands font l’éloge des prestations du groupe „La peur du dentiste“. Entre temps, de plus en plus de patients de l’étranger s’adressent à nous et souhaitent être soignés.

Etant donné que nous ne disposions au début que d’un nombre limité de témoignages de patients issus de l’étranger, nous avons fait traduire les témoignages de patients allemands dans votre langue maternelle. Car les lettres authentiques de ces anciens patients montrent de manière impressionnante ce que l’on a du mal à croire en se penchant sur notre site:

  • vous ne serez ni insulté ni vexé lors du premier rendez-vous. Le Dr Michael Leu ne vous dira pas que vous avez une mauvaise dentition – vous le savez déjà – il vous montrera comment sortir de cette situation!
  • effectivement, de nombreux de nos patients n’ont plus de peur ou de panique du dentiste après la Thérapie en trois rendez-vous et peuvent se rendre de nouveau normalement chez le dentiste.
  • après 7 heures de traitement dentaire sous anesthésie générale, vous n’aurez presque pas de douleurs ou de gonflements
  • vous pouvez de nouveau manger et rire après la Thérapie en trois rendez-vous et le terrain est néanmoins préparé pour que les tissus concernés puissent cicatriser correctement.
  • nous ne soignons pas seulement vos dents, nous vous redonnons également votre qualité de vie– comme une Viennoise l’a si bien formulé„ Je voudrais pouvoir enfin embrasser mon mari de nouveau!“
  • tous les patients disent tous la même chose après le traitement: „Je me sens libéré“ et „Tout ce qui est prédit sur votre site est vrai.“

Échos des patients après le premier rendez-vous

Monsieur J.C de Suisse francophone a eu sa consultation avec le Dr. Leu le 24.03.2004. A ce sujet, il a écrit quelques jours plus tard le témoignage suivant:

Bonjour Monsieur Linières,

J’ai reçu vendredi vos documents par la poste et je vous en remercie.

J’ai été extrèmement bien reçu par vous-même et par le docteur Leu qui a visiblement une grande expertise dans son domaine et qui a confirmé point par point les indications que j’avais reçues de la part du médecin-dentiste classique que j’avais précédemment rencontré pour une analyse de ma situation et pour la fourniture de la radiographie panoramique demandée. Grâce à la traduction attentive de M. Lignières, lui aussi tout à fait aimable, attentif et compréhensif, j’ai pu bénéfcier des explications détaillés du Dr Leu qui a vraiment pris le temps de m’expliquer ce qui avait occasionné la déterioration de ma dentition ce que jamais aucun dentiste n’avait pris la peine de faire lors de mes traitement précédents. Je dois préciser que dans le passé j’ai toujours été soigné en Suisse mais ceci au prix de telles douleurs et de manière si approximatives que j’ai développé une véritable phobie du dentiste. Cela faisait 13 ans que je n’avais plus franchi la porte d’un cabinet dentaire.

Là l’examen s’est passé rapidement, sans douleur, le docteur Leu a pris des photos et a analysé la radiographie demandée et c’est sur cette base qu’il a fondé son diagnostic et proposé son traitement. Visiblement, le docteur Leu a l’habitude des cas les plus compliqués et il montre et explique encore ses propos à l’aide de photos et de schémas. J’ai donc été très satisfait de ce premier contact. Cordiales salutations

J. C.

Madame M.B. de Weißwasser en Allemagne nous a écris le 15 avril 2009:

Chère Madame Herold,

Aujourd’hui est arrivé le grand jour, mon premier rendez-vous a eu lieu. Je n’ai presque pas dormi la nuit et n’arrivais pas à manger. Je suis partie de chez moi vers 10 heures, accompagnée par mon mari, et nous sommes arrivés à Berlin déjà vers midi.

Les trois heures qui suivaient étaient insupportables. Mon mari a essayé de me distraire, voulait aller faire du shopping avec moi afin de me faire penser à autre chose. Mais en vain… J’ai fixé les dents de chaque personne que j’avais devant moi, passants, vendeuses …

Mes mains en sueur étaient pour moi à peine supportables, mais le pire était que j’avais seulement envie de pleurer. Mon mari était très compréhensif. Il a accepté mon silence et mes courtes réponses. A la fin nous nous sommes en plus trompés en nous rendant, par erreur, dans un cabinet dentaire qui n’était pas le bon ! »Ca commence bien.«

Nous avons pour finir trouvé le bon cabinet dentaire. Quand la porte s’est ouverte, j’ai été accueillie par une personne avec un grand sourire, ce qui a – pour la première fois – réduit ma peur.

Puis, le moment était venu et j’ai pu rencontrer le Docteur Leu. Le fait que le Docteur a été la première personne à me parler de ce qui m’avait bouleversée depuis des années m’a fait pleurer, malgré moi. Vous avez eu tout à fait raison. Le Docteur Leu est un homme très agréable, compréhensif, et il m’a tout expliqué en détail.

Maintenant j’attends le devis et la date exacte de l’intervention. Je ne peux à peine décrire combien je suis nerveuse. Je ne veux pas prétendre d’être complètement libérée de ma peur. Mais je sais au moins que là où je vais pour le traitement, il y aura des gens qui me comprennent et qui m’accompagnent jusqu’à la fin de ce chemin.

PS: Il faut dire que je suis quand même un peu fière de moi.

Merci de m’écouter (lire) encore et encore.

Cordialement,

M. B.

Voilà comment Mme F.C. (de France) a décrit ses impressions après son premier RDV avec le Dr Leu:

Depuis de nombreuses années, je souffre d’une phobie de l’anesthésie locale dentaire, ce qui explique que j’ai laissé ma dentition se dégrader. J’ai consulté le site du Docteur LEU en faisant des recherches sur les soins dentaires sous anesthésie générale, et il m’a fallu trois longues années pour enfin me décider à prendre contact avec le service du Docteur LEU. J’ai d’abord appris que je ne suis pas la seule à souffrir de cette maladie qu’est la phobie ! J’ai donc un peu "décomplexé". Puis tout a été très vite, puisque 15 jours après j’ai rencontré à Paris le Docteur LEU et Mr Michael Köhler qui parle très bien le français. Je suis arrivée malade de peur, mais lors de ce premier rendez-vous, je n’ai eu qu’à ouvrir la bouche pour que le docteur puisse prendre quelques photos, une radiographie panoramique a été faite, et nous avons évoqué un plan de traitement. Je suis repartie en souriant, soulagée et détendue. Le lendemain, j’avais déjà un mail avec les détails de ce traitement. Les deuxième et troisième rendez-vous sont pris, et dans un mois, tout sera terminé. Si j’avais su qu’il suffisait de prendre simplement contact, je l’aurais fait depuis longtemps. Que ce soit le Docteur LEU, l’anesthésite ou Mr Köhler, je n’ai eu contact qu’avec des gens sérieux, compréhensifs et attentionnés!

F. C.

Lettre d’un patient après l’entretien consultatif avec le Dr Leu

Chère Mme Dettmann,

Il y a certaines choses que je ne peux pas garder pour moi:

Je n’arrive toujours pas à croire qu’il y a quelques semaines, je me suis mise en route pour Hambourg afin de consulter un dentiste.

Cette consultation, la chaleur humaine qui émanait du Dr Leu et le naturel avec lequel il s’est occupé de mon ÉNORME problème, tout cela m’a rendu un tout petit peu de mon autoestime. Je voudrais, par ce biais, le remercier de tout mon cœur.

J’ai hâte que tout soit fait et j’ai déjà plein de projets pour le temps d’après.

Sincères salutations
M. K.
Avril 2006

Échos des patients après le deuxième rendez-vous

Monsieur J.T. d’Allemagne a eu le 14 juin 2010 son anesthésie générale. Le 15 juin il écrivait la lettre suivante:

J’ai eu mon rendez-vous hier avec le Dr. Ötzkhan et j’en ai été très satisfait. Je pense qu’il n’aurait pas pu se dérouler mieux. L’assistante dentaire s’est d’abord très gentiment occupée de moi et le Dr. Hofer m’a rapidement endormi. Ensuite lorsque je me suis réveillé, j’allais si bien que j’aurais pu me lever sur le champs et je peux affirmer en rigolant qu’une égratignure au bras fais même plus mal. Je n’ai eu aucun gonflement, je me sens bien, comme je ne me suis pas senti depuis longtemps et j’attends avec hâte mon prochain rendez-vous dans 2 semaines.

Par la présente, je tiens encore une fois à vous remercier de l’accueil chaleureux de l’assistance téléphonique, mais également que tout ce soit bien passé.

Avec mes salutations amicales
J. T.

Échos des patients après le troisième rendez-vous – Les patients s’expriment sur le succès de leur Thérapie en trois rendez-vous

Madame M. C. de Lausanne a été traité avec la Thérapie en trois rendez-vous fin juillet. Le 12 août 2013 nous avons reçu l’appréciation suivante:

Gental Dental Office, c’est :

  • des collaborateurs sérieux, attentifs et bienveillants.
  • un suivi constant.
  • l’opportunité de pouvoir compter sur des professionnels conscients des problèmes particuliers que rencontrent les patients phobiques.
  • la possibilité d’une alternative, l’anesthésie générale, qu’aucun autre praticien ne m’a jamais proposée, malgré une phobie très marquée et malgré les nombreuses difficultés qu’eux-mêmes rencontraient inévitablement pour effectuer leur travail.
  • La fin de l’obligation de souffrir sur la chaise du dentiste !

Mes très sincères remerciements vont au Docteur Leu ainsi qu’à ses collaborateurs.

Avec toute ma gratitude,

M.C

Madame M.M. de l’Autriche a été traitée en octobre / novembre 2012 et nous a envoyé cette lettre impressionnante:

Je suis une personne très active qui a du succès au plan professionnel. Personne qui me voyait n’aurait pensé que j’avais les dents en piteux état.

La seule pensée que la mauvaise condition de mes dents pourrait devenir visible pour tout le monde me faisait perdre le sommeil et me causait beaucoup de peur et transpiration, ce qui devenait pire d’année en année. À cette époque-là je ne connaissais pas les causes de ces symptômes.

Il y a environ 2 ans, j’ai vu une annonce de Gentle Dental Office dans un journal, laquelle a suscité la panique chez moi. Mais je l’ai lue encore et encore et quelques mois plus tard j’ai osé aller au site Internet de Gentle Dental Office. Un an plus tard, quand la souffrance physique et psychologique était devenue plus intense, j’ai commencé à étudier ce site dans le détail. En lisant les expériences d’autres patients et en voyant les photos et les films, j’imaginais comme je pouvais obtenir de l’aide moi aussi. À ce moment-là, je m’étais promise de leur téléphoner pour demander de l’aide, mais une autre année, pendant laquelle la carie a commencé à détruire les dents frontales et il était évident que bientôt je ne pouvais plus faire mon travail, qui exige que j’aie suffisamment confiance en moi-même.

Pendant tout ce temps-là je ne laissais rien au hasard lorsqu’il s’agissait de trouver des dentistes ou solutions à mon problème. J’ai essayé des techniques « énergétiques » et holistiques, qui, évidemment, n’étaient pas la solution parce qu’elles ne frappaient pas à la racine du problème ; et quant aux dentistes que j’ai trouvés à l’Internet, j’avais l’impression que Gentle Dental Office est l’original et que les autres dentistes ne sont pas tout aussi efficaces et professionnels. De plus, ce que m’encourageait beaucoup était la multitude d’expériences positives et l’annonce que tout pouvait être fini dans trois rendez-vous.

Il était grand temps que quelque chose se passe, mais j’ai hésité encore deux mois, pendant lesquelles je tentais – plusieurs fois chaque jour – d’appeler le numéro de Gentle Dental Office.
Le grand jour était arrivé le 11 octobre 2012. J’y suis parvenu. Madame Herold a répondu et j’avais l’impression que je parlais avec une vieille amie. J’avais étudié le site Internet et vu le film de l’expérience de Mme Herold tant de fois que c’était comme si je l’avais connue depuis longtemps. En plus, elle était très positive. Elle m’a encouragé, elle a répondu à toutes mes questions que je posais avec la voix tremblante et elle m’a raconté ses propres expériences. Ensuite, elle m’a proposé un rendez-vous pour la consultation initiale pour quatre jours plus tard. Si tôt – j’ai été choquée ! Mais elle m’a assuré que ce ne serait qu’une conversation et qu’il ne se passerait rien. Étant heureuse que le Dr. Leu se prenne le temps d’écouter mon problème personnellement j’étais d’accord.

Pendant ces quatre jours je me sentais comme si j’étais en transe. Je ne savais pas ce qui se passait et j’imaginais le pire. Je vais aller chez un dentiste ! Quelle horreur ! Mme Herold m’avais dit que je pouvais l’appeler à tout moment.

Je ne me souviens de rien du trajet d’une heure et demie au cabinet dentaire parce que je me sentais comme si j’étais en état de choc. Je suis arrivée bien trop tôt et, en attendant dans ma voiture, je comptais les minutes comme si j’étais sur le point d’être exécutée. Quand je suis entrée au cabinet, je me suis surprise de la bonne ambiance du cabinet où on ne sentait pas l’odeur commune de dentiste. Le Dr. Leu, qui m’était très sympathique dès le premier moment, est venu à me saluer et ensuite on est allé à son bureau, où je me suis assise dans un fauteuil « normale ». Il n’avait pas de préjugés et il m’a expliqué tout dans le détail. Quand il m’a demandé d’ouvrir ma bouche, j’ai commencé de me sentir gênée. Mais le Dr. Leu m’a rapidement expliqué ce qu’il fallait faire et il m’a dit qu’il pouvait voir que j’avais très bien soigné mes gencives. Cela m’a surpris beaucoup car je n’avais absolument pas attendu de recevoir des compliments !

Je ne vais jamais oublier les derniers mots du Dr. Leu lors de ce rendez-vous. Il m’a dit que peut-être je ne savais pas que j’avais donné pas important un avant. Dans ce moment-là je ne comprenais ce qu’il voulait dire.

Après ce rendez-vous, je m’en suis allée pleine d’orgueil bien que rien de visible se soit passé. Quelques jours plus tard j’ai reçu le plan de traitement et je savais bien que je ne voulais pas faire marche arrière. En fait, mon existence dépend d’une apparence présentable.

J’ai choisi la date pour le deuxième rendez-vous quinze jours après le premier. Pendant le temps entre les deux rendez-vous j’avais de sentiments opposées : joie, peur, orgueil…. J’ai nettoyé toute la maison et je cherchais d’autres travails pour me distraire. Pendant tout ce temps, Mme Herold m’appuyait, me calmait et m’aidait. Seulement savoir que je peux contacter à tout moment ou elle ou le reste de l’équipe très compréhensif et empathique m’encourageait beaucoup.

Quand le jour de l’opération était venu, je ne savais pas encore ce qui m’arrivait. Après être entrée au cabinet – le même où j’avais eu le premier rendez-vous – je me suis mise à pleurer. Dr. Rachfahl, l’anesthésiste, est venu tout de suite et m’a donnée un calmant, ce qui a eu un effet rapide. Il était très compréhensif et empathique et a trouvé des paroles encourageantes qui m’ont distrait et m’ont remonté le courage.

Pendant toute l’opération, qui avait une durée de quatre heures, j’étais « dormie » et quand je me suis réveillée de l’anesthésie, je n’étais pas sûre si tout s’était déjà passé ou si je n’avais fait qu’un somme. Je n’avais pas du tout de doleurs ou de gonflements. La nuit suivante je l’ai passée dans un hôtel juste à côté du cabinet dentaire et le prochain jour mon mari, qui m’avait accompagnée, et moi – pleine d’orgueil – sommes rentrés chez nous.

Pendant les quinze jours entre le deuxième et le troisième rendez-vous j’avais des dents provisoires, qui me permettaient parfaitement d’aller au travail.

Le troisième rendez-vous s’approchait et je suis devenue très nerveuse encore une fois. Mais en arrivant au cabinet et en voyant Dr. Birch, ma dentiste traitante, Dr. Rachfahl et le reste de l’équipe, je me sentais comme en famille et je savais qu’il n’y absolument pas de raison pour être nerveuse. Lors du troisième rendez-vous je n’avais pas besoin d’anesthésie ou de calmantes. Dr. Birch m’a expliqué tout dans le détail, ce qui m’a fait perdre le peur. Dans aucun moment lors du troisième rendez-vous – qui, en effet, était ma première visite chez le dentiste parce que j’étais « dormie » pendant le deuxième rendez-vous – je n’avais pas cette peur qui m’avait tourmenté pendant longtemps. Aller chez le dentiste n’était pas du tout pire qu’aller chez l’esthéticienne.

Cependant, ce n’était que quelques jours après que je me suis réjouie de mes nouvelles dents parce que je ne pouvais pas croire que tout s’était passé aussi vite et sans aucune complication. Avant j’avais eu des doutes parce que ça paraît incroyable, mais c’est vrai !

Aller chez Gentle Dental Office était définitivement le bon choix ! En rétrospective, je dois dire que le Dr. Leu a toujours été très franche et n’a jamais tourné autour du pot, mais sans me faire peur dans aucun moment. Faire ce premier appel et aller au premier rendez-vous étaient beaucoup pire que les deuxième et troisième rendez-vous.

Pendant les deuxième et troisième rendez-vous, j’avais beaucoup de confiance et l’impression que l’équipe de Gentle Dental Office venait d’une autre planète parce que ce n’est pas très souvent que l’on rencontre des personnes aussi compréhensives et empathiques qui, en plus, ont beaucoup de compétence professionnelle.

J’étais très surprise et heureuse à la fois que, même après du troisième rendez-vous, l’équipe de Gentle Dental Office s’est occupé de moi. Par conséquent, je n’ai pas de peur en pensant à mon prochain rendez-vous chez le dentiste en 6 mois. Et puisque je vais désormais aller chez le dentiste régulièrement pour me faire contrôler mes dents, il est très peu probable qu’il y ait d’importants dommages à mes dents. Jusqu’à ce moment, je n’ai pas parlé à personne de ce sujet. Au jour d’aujourd’hui, il y a beaucoup de mes amis, collègues et parents qui ne savent que je suis allée chez un spécialiste en phobie du dentiste parce que ce sujet est toujours un tabou qu’il faut absolument rompre. Quelques personnes de mon entourage auxquelles je fais confiance m’ont raconté des histoires pareilles, ce qui m’a surpris beaucoup parce que ce problème est plus commun que l’on croit.

La seule chose dont je me repens est de n’avoir pas donné ce pas plus tôt. Si je l’avais fait, je me serais épargné beaucoup de souffrance psychologique et peut-être je n’aurais pas perdu tant de dents. Mail mieux vaut tard que jamais. Pourquoi attendre s’il est assez facile de faire face à sa peur ? Un grand merci au Dr. Leu et à tout l’équipe de Gentle Dental Office pour ma nouvelle vie et mon nouveau sourire qui est aussi radieux que le soleil !

Le 3. Décembre 2010 Monsieur A. Q. de l’Allemagne a écrit le suivant concernant son traitement dans le cadre des Trois Rendez-Vous:

Bonjour Mme Kliem,

Comme promis, je prends contact avec vous pour vous dire comment je me suis senti après la thérapie en 3 rendez-vous. Certes un peu plus tard que prévu, mais mieux vaut tard que jamais ...

Comme je vous le disais, peu de temps après le deuxième rendez-vous, celui-ci s’est déroulé sans absolument aucun problème. Le jour même, j’ai fait les cent pas toute la journée à la maison.

Comme le rendez-vous pour l’opération n’était qu’à 16 heures, il a fallu que je trouve le moyen de me distraire. Alors j’ai fait le ménage du haut en bas dans toute la maison. Lorsque l’heure est arrivée, j’ai été quand même de nouveau saisi par la peur et l’inquiétude. Dans la salle d’attente du Dr. Özcan, j’ai eu très envie de repartir, et cependant, comme tout le monde le sait, je ne l’ai pas fait.

Après que Monsieur Hofer m’ait informé en détail sur l’anesthésie générale à venir, nous nous rendions déjà dans la salle de traitement où le Dr Özcan nous attendait lui aussi. Et c’était parti. Je suis grimpé sur le fauteuil, on m’a introduit la piqûre, et déjà j’étais endormi.

Je n’ai aucun souvenir du temps qui s’est écoulé entre l’opération et le moment où je me suis réveillé le lendemain matin. Selon les dires de mes parents, j’aurais pendant ce temps même choisi la couleur de mes dents, on m’aurait refixé les prothèses provisoires qui s’étaient détachées et mon père m’aurait reconduit à la maison et mis au lit.

Le lendemain matin je me suis réveillé dans mon lit et dans un premier temps je me suis orienté. Le cadre m’était familier. Je ne ressentais pas de douleurs. Ma circulation ne fonctionnait pas encore complètement comme je le souhaitais, mais cela était certainement lié à l’anesthésie qui avait duré 5 heures. Le premier jour j’étais encore un peu somnolent et j’étais plus souvent endormi qu’éveillé, mais cela non plus, cela ne peut pas faire de mal. J’ai tout simplement profité d’un long sommeil réparateur. Même le deuxième, troisième, quatrième jour et les jours qui suivirent, aucune douleur ne s’est manifestée, car malgré tous les témoignages que j’avais lu sur le site internet, c’est le point dont je doutais et redoutais le plus.

De temps en temps, ca me lançait de manière furtive, ce qui ne vaut presque même pas la peine d’être mentionné et on peut tout simplement l’ignorer. Je n’avais pas non plus de gonflement.

La seule chose qui me manquait dans la bouche était quelques dents. A part cela, je me portais extrêmement bien. Du fait qu’il ne me restait que les dents de devant, à droite et à gauche que quelques dents isolées, j’éprouvais quelques difficultés à manger. Comme je ne pouvais que mâchonner avec les dents de devant, ma mère me disait alors toujours que je ressemblais à un lapin.

Mais là aussi je m’y étais préparé et ce ne fut pas un gros problème. Conscient à l’avance de ce qui m’attendais, j’ai fais des provisions de petits pots pour bébé. Ce n’est d’ailleurs pas à conseiller. Ils n’ont aucun goût et sont uniquement mangeable avec suffisamment de sel et de poivre.

Il est préférable de manger des aliments tendres, mais qui aient du goût et que l’on puisse facilement mâcher. En tout, j’ai perdu environ 5 kilos, quel effet secondaire appréciable.

Au cours du troisième rendez-vous T3, les prothèses n’allaient malheureusement pas comme elles le devaient. Le Dr. Özcan a alors poncé, poli, ajusté… Entre temps, il fallait que j’ouvre la bouche, que je la ferme, cliquete et frotte des dents. Cela n’a naturellement pas été une partie de plaisir, mais c’était beaucoup moins grave que ce que je m’étais imaginé. Comme la première prothèse n’allait pas bien et que les plaies avaient déjà très bien cicatrisé, l’avantage a été que le Dr. Özcan a pu reprendre une nouvelle empreinte. Les prothèses ont été de nouveau confectionnées sur la base ce cette dernière.

Jeudi dernier, le moment était enfin arrivé. On m’a posé les nouvelles dents, et cette fois-ci elles m’allaient comme un gant. Au cours de ce rendez-vous, il n’a pas fallu trop poncer et claquer des dents, puisque la majeure partie du travail avait été effectuée lors du premier rendez-vous.

À peine une demi-heure plus tard, je prenais le chemin du retour à la maison.

Il a fallu naturellement que je m’habitue aux nouvelles dents, mais entretemps c’est chose faite. Je peux manger tout ce que je veux sans avoir peur de perdre une dent ou qu’elle ne me fasse mal après manger. Le plus important est que je puisse de nouveau rire de tout cœur, sans avoir honte de dents en si mauvais état. C’est une toute nouvelle sensation de vivre. Depuis, dès que le temps me le permet, j’ai toujours du monde en ma compagnie. Socialement, je soigne et bichonne les contacts que j’avais délaissés en raison de ma honte par rapport à mes dents. Je suis quasiment devenu un nouvel être avec une bonne dose de joie de vivre. Si j’avais su plus tôt que l’on pouvait retrouver rapidement et si facilement une part de joie de vivre, j’aurais entrepris la démarche beaucoup plus tôt.

C’est la raison pour laquelle j’aimerais sincèrement remercier Monsieur Herold, le Dr. Hofer, le Dr. Leu ainsi que toute l’équipe, mais plus particulièrement le Dr. Özcan. Si je le pouvais mon désir le plus cher serait de vous prendre tous dans mes bras. Il faut voir. Si je suis un jour dans vos environs, je le ferais peut-être. Il ne faudra alors pas s’étonner, si un jour il y en a un qui entre et vous prends dans ses bras. Ce sera moi.

Ce que vous avez fait pour moi et la manière dont vous m’avez pris en charge n’a pas de prix. Ma vie a pris d’un seul coup un tournant si positif que je ne fais que chanter de joie toute la journée. Entretemps, cela énerve un peu mes collègues, mais il faut bien qu’ils s’y habituent.

Encore une fois mes sincères salutations et remerciement.

A. Q.

Madame A.T. de Thuringe en Allemagne nous a envoyé cette lettre le 14 octobre 2010.

J’ai réussi. Il y a encore 3 mois, je lisais les témoignages de patients, j’enviais ces personnes pour leur courage et maintenant j’en fais partie, et tout ce que j’ai pu lire à l’époque s’est avéré véridique et encore mieux que je ne l’aurais pensé.

Avec mes dents, j’étais destinée à ne pas avoir de chance. Je n’ai jusqu’à aujourd’hui jamais oublié mon premier rendez-vous chez le dentiste lorsque j’avais 5 ans. Plus tard je fus en âge de porter un appareil dentaire. Pour cela on m’a arraché deux dents saines. Ce fut tout simplement terrible et eut la conséquence suivante. Cet appareil était tout simplement l’horreur, ce maudit engin exerçait une très forte pression partout. Pour couronner le tout, à l’âge de 13 ans je me suis cassée les dents de devant en glissant sur une plaque de verglas recouverte de neige. Les dentistes disaient que j’étais trop jeune pour que l’on puisse envisager un traitement et qu’il fallait que ma mâchoire ait atteint la taille adulte. Mes dents de devant étaient tellement abimées, qu’on a du me les arracher à l’âge de 18 ans. Et à chaque fois que j’allais chez le dentiste, il y avait toujours un truc.

A cette époque, j’ai décidé que je ne retournerais plus chez le dentiste. Les premières années, ca allait encore, mais ca n’a pas duré. De toute façon je n’avais pas les dents les plus saines. Au cours des années qui suivirent, j’ai perdu à chaque fois par-ci par là un bout de dent. Je me sentais si impuissante et désespérée, pourtant je n’ai jamais réussi à me rendre chez le dentiste. J’arrivais à camoufler mon problème dentaire avec un don particulier, et il n’y avait de toute façon personne à qui je puisse en parler. Puis est arrivé le moment dans ma vie ou mes dents ont commencé à bouger, et à chaque bouchée, j’avais peur de perdre une dent. Il y avait des aliments que je ne pouvais tout simplement plus manger, je ne pouvais plus rire et j’ai commencé à m’isoler de plus en plus.

Plus rien ne me faisais plaisir et je ne pouvais en parler à personne. Je savais que personne ne pouvait comprendre ma terrible angoisse. J’ai souvent entendu les paroles suivantes de la part de ma famille « Moi aussi j’ai peur d’aller chez le dentiste ». Mais mon problème était beaucoup plus sérieux. Mes jambes ne me portaient même pas jusque dans un cabinet. Rien que la vue de la pancarte « dentiste » quand je me baladais me donnait des frissons dans le dos. Puis le jour X arriva. Je pris la décision d’entreprendre quelque chose pour mes dents, sinon il ne me restait qu’à me suicider. J’étais tellement désespérée que je n’avais pas peur de la mort, mais pourtant je voulais vivre !!!

Un soir, je me suis installée devant l’ordinateur, j’ai parcouru une multitude de sites internet, j’étais si désespérée et je cherchais de l’aide. Il était déjà plus de 23 heures et par un grand hasard, je suis tombée sur le site du Dr. Leu. Je n’arrivais pas à croire ce que j’y lisais et y voyais. Il y avait réellement des gens qui avaient le même problème que moi. Cela signifiait que je n’étais pas seule et qu’il y avait un dentiste qui pouvait me comprendre. De plus j’y voyais une femme qui m’interpellait au plus profond du cœur et qui après son traitement avait un rire magique. Je n’en croyais pas un mot, cela me semblait irréel, mais j’espérais tellement avoir trouvé une issue à mon désarroi. Ce vendredi soir, je pris la décision d’appeler tout de suite Leipzig le lundi matin à 10 heures.

Pour la première fois, j’ai parlé de ce gros fardeau à mon amie. Je l’entends encore dire. « Mais si cela t’a tant pesée, pourquoi ne m’en as-tu jamais parlé ? » Appelles-les et toutes les deux on va s’en sortir, je suis là pour t’aider.

Le week-end n’arrivait pas à sa fin, à présent je n’attendais plus que lundi afin de pouvoir appeler Leipzig. Et pourtant le moment arrivé, j’étais devant le téléphone avec le numéro de téléphone noté sur un bout de papier, mais je n’y arrivais pas. Dans ma vie j’ai les pieds sur terre, mais je n’arrivais tout simplement pas à composer le numéro.

Le front dégoulinant de sueur et mon cœur battant la chamade, j’étais déjà prête à repousser mon appel au lendemain. Mais je savais que si je n’appelais pas aujourd’hui, je n’appellerais pas demain non plus. Je voulais que l’on m’aide, alors j’ai respiré profondément un grand coup et je me suis dit, si quelque chose ne te convient pas, tu as toujours la possibilité de raccrocher. Tu n’as rien à perdre. Alors j’ai enfin fini par composer le numéro de téléphone. A l’autre bout du combiné m’a répondu Monsieur Herold. Je lui ai dit comment je m’appelais et j’ai littéralement fondu en larmes. Puis il me dit « je vais vous expliquer un peu comment nous travaillons, vous m’écoutez tout simplement et peut-être serez vous après en mesure de parler, auquel cas je répondrai très volontiers à vos questions si vous en avez ». Puis il a commencé à me parler du Dr. Leu et de son travail. Mes larmes se sont alors apaisées et j’ai aussi retrouvé peu à peu ma voix.

J’ai demandé alors un rendez-vous avec le Dr. Leu. Monsieur Herold me dit une fois encore, que si j’avais des questions, il ne fallait surtout pas que j’hésite à appeler. J’avais en effet beaucoup de questions mais surtout extrêmement peur. A cette période, j’ai fait la connaissance de Madame Herold et je peux dire que sans Madame et Monsieur Herold, je n’y serais jamais arrivée, cela m’a beaucoup aidée. A chaque fois que la peur me saisissait ou que mes nerfs menaçaient de lâcher, Monsieur Herold m’a toujours redonnée la force de surmonter mon rendez-vous avec un dentiste. En l’occurrence…

Docteur Leu

Monsieur et Madame Herold m’ont tellement bien tout décrit, que j’en ai même reconnu les papillons dans le cabinet. Bien que je me sois spécialement rendue à Francfort, je n’arrivais toujours pas à croire que le Dr. Leu existait vraiment. Ce ne pouvait tout de même pas être aussi simple que cela, c’est pour cette raison que je n’ai même pas eu peur ce jour-là. Et pourtant, tout à coup il se tenait devant moi comme dans un film et il me souriait. A cet instant j’ai pensé, alors il existe vraiment !!! J’en étais très ravie. Plus tard, lorsque j’ai raconté cela au Dr. Leu, il s’est esclaffé en me disant qu’il n’avait jamais rien entendu de pareil. À toutes les personnes qui pourraient avoir les mêmes pensées que les miennes, n’ayez pas peur, le Dr. Leu fait une apparition très personnelle.

Nous nous sommes entretenus pendant une heure et il m’a expliqué clairement quel traitement nous pourrions envisager. J’ai écouté très attentivement et sa plus belle parole fut « Nous pouvons vous aider ». J’ai très bien surmonté cet entretien et je n’ai pas eu à un seul instant peur de montrer mes dents. Le Dr. Leu a également prononcé un mot que je n’avais encore jamais entendu jusqu’à maintenant « La peur du dentiste est une maladie !» et j’avais cette maladie. Après une heure, nous nous sommes dit au revoir et ca n’a même pas fait mal !!!

Ce jour là pour la première j’ai entraperçu une lumière au bout du tunnel et j’ai commencé à ressentir un certain soulagement. Arrivée à la maison, j’ai appelé Monsieur et Madame Herold pour leur confirmer que tout s’était bien déroulé, comme ils me l’avaient prédit et même mieux encore. Je leur ai dit, qu’ils m’avaient portée tous deux au rendez-vous sur un nuage de coton.

Quand j’ai raconté cela à ma famille, certains hommes m’ont dit… bien sûr tu as payé pour cela. Ma réponse fut la suivante « Il y a des gens qui se font construire une maison pour un demi million et se font rouler dans la farine par les entrepreneurs. Pour manger au restaurant, je dois payer aussi, même quand le repas n’était pas bon.

Berlin.

A partir de ce moment, c’est Madame Kliem qui s’est occupée de moi, et la peur a de nouveau resurgit en moi. On m’a envoyé tous les documents et là j’étais au bord de la crise de nerf. Je savais qu’en apposant ma signature, la machine serait mise en marche. Ma peur était devenue castratrice et dans mon désespoir, j’ai appelé Madame Kliem. Avec sa nature enchanteuse, elle réussit à me calmer. Alors je lui ai dit que j’aillais tout de suite à la boite aux lettres pour envoyer tous les documents à Berlin.

A partir de cet instant, je me suis sentie de nouveau beaucoup mieux. Madame Kliem avait une froussarde de plus dans ses dossiers. Tout ce qui s’est déroulé ensuite l’a été en concertation avec mes disponibilités. À aucun moment je n’ai eu l’impression d’être mise sous pression. La première fois que j’ai essayé de contacter l’anesthésiste, il a décroché tout de suite lui-même. Il a tout de suite remarqué qu’il avait à faire à une poule mouillée. Il m’a même proposé de me faire livrer des calmants à l’hôtel, au cas où je ne puisse pas surmonter ma peur. J’ai refusé, les médecins ayant été déjà tous si gentils, il fallait que je prouve que j’étais également à la hauteur. D’autre part ma copine m’accompagnait.

J’ai bien dormi pendant la nuit. Lorsque je me suis réveillée, j’étais très impatiente d’arriver au cabinet. Ma peur s’était envolée, je savais à présent qu’une nouvelle vie allait commencer et je m’en réjouissais tant à l’avance. Je ne sais pas ce qui s’est passé en moi, en tout cas l’assistante était quelque peu étonnée lorsque je lui dis que je me sentais bien et que je n’avais pas peur. Avec l’anesthésiste nous avions convenu qu’il me donne un calmant dès que j’aurais rempli le questionnaire et il a bel et bien tenu sa promesse. Avec courage j’ai alors tendu mon bras, mais après cela je ne me souviens de rien. Je n’ai entrevu le dentiste que pour lui dire bonjour et il me disait qu’il aimerait bien s’entretenir un peu avec moi pour m’expliquer quelques détails. Cette conversation n’a jamais eu lieu, en effet l’anesthésiste et moi avions oublié de lui parler de notre petit deal concernant les calmants.

Ainsi, j’étais déjà dans le monde des rêves quand le dentiste est entré dans la pièce. Ce que je tiens encore à mentionner, du début à la fin une assistante était à mes côtés.

Après mon opération, j’entendis une voix qui me ramenait à la vie et qui me réveillait de mon sommeil. J’ai trouvé cela très agréable, mais ca n’a pas duré très longtemps, puisque nous marchions déjà dans le couloir et cela déjà en possession de mes nouvelles dents. Lorsque le dentiste me tendit le miroir et me dit comme à la télé « Voulez-vous voir vos nouvelles dents ? ». Des dents partout !!! Il fallait tout d’abord que je m’habitue à cette nouvelle vue et impression. Puis nous sommes rentrées avec mon amie à l’hôtel, et je dois avouer que je n’ai vraiment pas eu de douleurs, même pas un tout petit peu. A présent ma famille fut totalement convaincue, même les hommes. Même si cela sonne maintenant si facile, mon opération a quand même duré 5 heures et ca n’a certainement pas été une mince affaire pour le Dr. Bender. Je veux dire par là que ma dentition était un gros chantier.

Depuis, 7 semaines se sont écoulées. J’ai retrouvé mon sourire, je savoure chaque jour, chaque minute et je me réjouis de l’avenir. Je suis fier de moi, mais chaque jour je pense au Dr. Leu et à ses collaborateurs et je peux tout simplement dire « Continuez à aider ce petit groupe de patients phobiques ». À tous ceux qui lisent mes quelques lignes et qui sont autant désespérés que je l’étais autrefois. Il suffit simplement de saisir son courage à deux mains et de composer le numéro de téléphone. Dès cet instant, vous ne serez plus seul. Il y a des gens qui sont à vos côtés et qui vous accompagnent dans votre parcours vers la guérison. À tout moment je ressaisirai le téléphone, car c’était bel et bien le coup de fil le plus important de ma vie.

A. T.

PS : toute ma famille et on peut dire que nous sommes nombreux, mes amis, mes collègues, mes clients, tous sont emballés par mes dents.

Monsieur L.K. de Rhénanie du Nord-Wesphalie nous a écrit le 24. août 2010 la lettre suivante- sept ans après ses soins dans le cadre de la THERAPIE EN TROIS RENDEZ-VOUS

Bonjour,

Je me suis fait soigner chez vous en 2003 avec succès et je suis pleinement satisfait après des années sans soins dentaires et au minimum 100000 clics sur votre page internet. Pour moi, ce fût le seul pas raisonnable à franchir pour sortir de ce dilemme et je ne me rends pas volontiers régulièrement chez le dentiste tous les 6 mois avec lequel j’étais sur les bancs de l’école pendant 10 ans.

Fièrement, je me suis prévalu de mon expérience à l’époque sur le forum de la „La peur du dentiste“ sur internet et j’essayais de proposer aux utilisateurs à la situation sans issue l’alternative du traitement par les 3 rendez-vous. En partie, mes efforts rencontraient le succès. Le plus souvent, la moquerie se faisait sentir comme tour de passe-passe aux méthodes de traitement sans avoir eu de succès durable. Finalement, j’ai cessé d’écrire sur le forum avec mauvaise conscience certes car personne ne sait mieux que moi les angoisses qui sont associées à une dentition dans un état lamentable et si je peux aider un seul patient phobique, alors, tout ce que j’ai pu écrire sur le forum aura valu la peine. Pendant une longue période, des récits pouvaient être entendus sur la ligne téléphonique des auditeurs de la radio HR1.

L’animateur avait lui aussi des difficultés à croire après mon explication qu’il me soit possible de retourner chez le dentiste de telle sorte que je n’ai plus à en arriver à des situations si difficiles. Je consulte régulièrement votre page internet toujours par intérêt pour la chose et je souhaiterais simplement apporter par la présente ma volonté de vous aider par ma disponibilité et ce bien sûr à titre bénévole. Peut-être que l’expérience d’un ancien patient aidera l’un ou l’autre au téléphone ou par email afin que ce dernier puisse lui aussi se faire aider le plus rapidement.

Cordialement,
L.K.

Madame S.A. de Berlin /Allemagne a écrit le 5 août 2010 au sujet de son traitement avec laTHERAPIE EN TROIS RENDEZ-VOUS:

Bonjour,

Le 24 juin est bien l’un des plus beaux jours de ma vie et cela grâce à l’équipe du Dr. Leu. C’est pourquoi je me réjouis de pouvoir écrire mon témoignage.

Au milieu du mois d’avril de cette année, j’ai osé faire le pas et je me suis adressé à LM Peur du dentiste. Quelques semaines avant que je me sois décidé pour ce type de soins, j’avais pris tout mon courage à deux mains et je me suis d’abord rendue dans un cabinet dentaire classique pour en finir avec ce sujet. Après ce que j’ai vécu là-bas et tout ce que le dentiste avait comme projets, je n’y suis jamais retourné. Pendant des journées entières, j’étais sans cesse sur la page internet du groupe Gentle Dentle Office et je lisais les récits des patients. Je ne pouvais tout simplement pas croire que tout ce qui était écrit est vrai. Cependant, les témoignages m’ont captivé et j’ai éclaté en sanglots car je me réjouissais pour tous les autres compagnons d’infortune qui avait déjà eu le courage d’avoir fait ce pas.

Après qu’une de mes dents se soit cassée lorsque je mangeais une pomme et que je sois pris de panique de devoir aller à nouveau dans un cabinet dentaire classique, j’ai fait le test de phobie. Le résulat (HAF d’une valeur de 53) ne m’a pas particulièrement surpris car j’étais sûre d’être la personne la plus anxieuse du monde. Déjà un jour plus tard, je recevais un email très gentil et je me serais presque évanouie car je ne m’attendais pas à une réaction aussi rapide.

Le même jour, j’ai appelé l’équipe de Dr.Leu. La conversation était très agréable et le fait qu’on se soit occupé calmement de moi m’a en fin de compte convaincue que je devais cette fois-ci passer par ces étapes.

Le premier rendez-vous avait déjà lieu fin avril. C’est complètement nerveuse que je me suis rendue avec mon accompagnateur dans le cabinet dentaire. L’attente n’a pas été longue et on m’a fait rentrer dans la salle de soins La conversation fut très intéressante et informative. Quelques jours plus tard avaient lieu d’autres conversations téléphoniques et je commençais à attendre mon devis. Il était enfin arrivé!!! J’ai ouvert la lettre, j’ai tout lu et j’ai de suite donné mon accord.

Maintenant, le rendez-vous T2 était fixé seulement une semaine après la dernière conversation téléphonique. J’allais pire que mal et l’angoisse grandissait de jours en jours. Grâce à l’éruption du volcan, le rendez-vous devait être cependant reporté et pour un instant, je n’étais plus dans un état de panique. J’avais encore un peu de temps pour me préparer mentalement au jour de l’opération. Entre-temps, un autre rendez-vous avait été planifié afin de faire la connaissance du chirurgien-dentiste, pour scanner ma mâchoire et pour prendre les empreintes de ma dentition (moulage). Mesdames Kliem et Duttig sont les assistantes les plus aimables que j’ai jamais rencontrées. Toutes les deux étaient très patientes à mon égard et leurs rayonnements reposant ainsi que leur amabilité ont éloigné de moi toute forme d’angoisse. Une conversation téléphonique avait lieu chez moi avec l’anesthésiste et maintenant, ca pouvait commencer.

T2 le 28.05.10. On y était

Chez moi, je faisais les cent pas et j’étais nerveuse. Qu’est-ce-qui pourrait bien m’attendre ? Vais-je avoir des douleurs? Comment vais-je supporter l’anesthésie? Questions après questions. Arrivée dans le cabinet dentaire, j’ai été très gentiment accueillie. L’anesthésiste m’a encore une fois tout expliqué et on me faisait rentrer dans la salle de soins. Je me suis installée confortablement sur le fauteuil de soin, on m’a administré un tranquilisant et déjà je m’endormais. Lorsque je me suis réveillée, il tâtait ma langue. J’avais une sensation de vide mais je savais qu’une prothèse provisoire allait être posée. Encore un peu étourdie par l’anesthésie générale, j’ai pris place un court instant dans la salle d’attente. On m’a donné un verre d’eau et je me suis entretenue avec Madame Duttig comme si de rien n’était. Même si je ne me souviens plus de quoi nous avons discuté. Peu après, nous nous sommes rendus dans une autre salle de soins et la prothèse provisoire a été posée. Ensuite, j’ai quitté le cabinet dentaire en compagnie de mon accompagnateur et j’étais heureuse lorsque je suis arrivée chez moi. La question de savoir si j’aurai des douleurs a trouvé une réponse. C’était supportable. Je n’ai pas eu besoin de prendre d’antidouleurs.

J’ai bien supporté les jours qui ont suivi et déjà une semaine après l’intervention les fils ont été enlevés et de nouvelles empreintes ont été prises pour la prothèse définitives.

T3 le 24.06.10

Je ne comptais plus les jours et le jour de ma nouvelle vie était finalement arrivé. Je suis allé toute seule un peu nerveuse mais sans angoisse au cabinet dentaire. Les nouvelles dents ont été posées. Wow! Quelle sensation indescriptible! Lorsque j’ai eu le miroir dans la main et que j’ai regardé le résultat, je ne pouvais pas y croire. Ma première pensée fut: „je vais aller manger n’importe quoi que je puisse mordre sans faire attention qu’une dent se casse et je pourrais rayonner face à toutes les personnes que je croiserai en chemin. J’ai mis mon plan en pratique et je suis trop contente !!! Je remercie toute l’équipe du fond du cœur pour s’être si bien occupé de moi. La coordination du rendez-vous a été excellente, la capacité à s’identifier est excellente tout comme le service après vente. Je n’ai jamais eu le sentiment de devoir avoir honte et peu importe les soucis ou les doutes que l’on a, tous les collaborateurs de cette institution vous assistent toujours par tous les moyens et vous remontent le moral tout en vous enlevant les angoisses. Tous ceux qui ont une phobie du dentiste devrait s’adresser à LM Peur du dentiste. Dommage que je ne me sois pas adressé plus tôt au Dr. Leu et à son équipe. Cela m’aurait permis d’éviter bien de mauvaises expériences avec les dentistes.

Vous êtes supers et encore un fois un grand merci!!!

S. A.

Madame N.B. de Bavière a été traitée le 1. juin 2010 sous anesthésie générale.

Bonjour Madame Kliem,

Je me porte très bien. Je ris beaucoup plus et je n’ai pas peur de montrer mes dents. Après l’opération je n’ai ressenti aucune douleur non plus.

Je tiens encore une fois à vous remercier vivement. Je me suis sentie avec vous et toute l’équipe (Monsieur Herold, le Dr. Leu, le Dr. Rachfahl et son assistante et le Dr. Zelener) très bien et surtout comprise.

Je recommencerais à tout moment ! Je suis SI heureuse ! Et avant tout, personne ne me croit quand je dis que je n’ai ressenti aucune douleur :-) Tous ont souffert lorsqu’ils se sont fait arracher leurs dents de sagesse et pour moi tout a été simplement parfait! Je suis SI contente !!

MERCI!!!!!!!!!

N. B.

Monsieur G.S. d’Allemagne a ecrit au 14 juin 2010:

Bonjour Madame Kliem,

C’est avec plaisir que je vous fais part de mes expériences lors de T1-T3. Tout d’abord, je tiens à remercier les dentistes, votre équipe et l’anesthésiste le Dr. Rachfahl pour leur accompagnement en douceur et pour m’avoir choyé du début jusqu’à la fin. J’ai trouvé la consultation du Dr. Leu agréablement objective et très détendue en ce qui concerne ma peur du dentiste et mon grand besoin de traitement.

Les traitements n’ont pas été un problème grâce à l’anesthésie générale et mes gênes postopératoires dues à l’extraction de 6 molaires ont pu même être supportées sans anti douleurs les jours suivants. La suite du traitement et l’insertion des 10 couronnes y compris deux bridges a également fonctionné à ma grande satisfaction.

L’augmentation du coût de mes dépenses vis-à-vis des modestes prestations des caisses de maladie est à mon avis justifié parce que a) la remise en état de ma dentition a été effectuée en l’espace de huit semaines et aucun autre rendez-vous de suivi de traitement ne pèse sur moi, qui normalement s’échelonneraient sur 10 mois avec une multitude de rendez-vous de traitement et parce que b) chaque patient de toutes façons ne doit s’attendre qu’à une participation sensiblement mince des caisses de maladie et doit endurer en échange les tortures en plusieurs étapes avec une anesthésie locale.

Cordialement,
G.S.

Le 20.5.2009, Madame N .B. de ... nous a parlé de son expérience avec la Thérapie-à-Trois-Rendez-vous:

Depuis mon enfance je me suis toujours posée la question suivante : Pourquoi les autres ont de belles dents et pas moi ? Je me souviens encore qu’à l’école primaire je me suis rendue compte pour la première fois que j’avais une peur incroyable du dentiste.

Malgré moi je suis toujours allée aux rendez-vous nécessaires et j’ai dû supporter les moqueries et même les «insultes» des autres. C’est ainsi que ma peur et ma honte ont grandies ces dernières années. Je ne suis plus allée du tout chez aucun dentiste.

Ma vie ne tournait qu’autour de ce sujet-là. Je me couchais le soir en ayant à l’esprit ce problème des dents, je me réveillais le matin avec les mêmes pensées, et en journée j’essayais de les refouler, mais cela ne marchait pas toujours.

Au cours des années ma vie a changé de plus en plus. Autrefois j’aimais bien aller faire du ski, je jouais au volley, j’étais membre du club de natation et tous les weekends j’allais à des fêtes. Dans un premier temps j’arrêtais mes activités sportives par peur de tomber et de perdre une de mes dents. Ensuite je passais de moins en moins de temps en compagnie par peur de rire et de faire voir mes dents. Il n’y a définitivement pas une seule photo de ces 10 dernières années sur laquelle on me voit sourire.

Mon cercle d’amis est très grand et j’arrivais bien à cacher mon problème, mais cela devenait de plus en plus compliqué. J’ai eu les mêmes difficultés au niveau professionnel. J’occupais une fonction importante dans une compagnie de «haute société». Les entretiens avec des clients aisés devenaient de plus en plus désagréables. J’étais convaincue que tous pouvaient voir ce qui était mon problème.

Je me suis souvent endormie en pleurant, j’ai souvent eu du mal à me concentrer et je n’arrivais plus à gérer ma vie. D’autres angoisses venaient s’ajouter à ma peur du dentiste. Mais malgré le fait d’être parfaitement conscient que c’était la peur du dentiste qui me paralysait, je n’arrivais pas à entrer dans un cabinet dentaire.

Puis, en Novembre, a eu lieu ce que j’appelle ma catastrophe personnelle, pour laquelle je suis très reconnaissante aujourd’hui. J’ai été au restaurant avec une amie quand tout d’un coup toutes mes dents de devant ont commencé à bouger. Les jours suivants j’ai été tellement envahi par la panique que je voulais me suicider. Vu que ce n’aurait pas été une bonne solution j’ai commencé à faire des recherches sur internet.

C’est ainsi que je suis tombée sur le site gentledentaloffice.com. J’ai fait le numéro indiqué sur le site et un certain Monsieur Herold m’a répondu et m’a calmée. J’ai été en larmes. Je lui ai parlé de ma peur et il a arrangé un rendez-vous pour moi à Munich. Juste avant le rendez-vous, j’ai reçu un autre appel de Monsieur Herold, ce qui m’a beaucoup calmée.

Je me suis retrouvée devant le cabinet dentaire dans un état d’âme très confus. Si je n’avais pas dû payer les frais de la première consultation auparavant, je serais sûrement repartie. Vu le résultat de la thérapie, les frais sont bien justifiés. C’est aussi une excellente motivation afin de se forcer à entrer dans le cabinet dentaire.

J’ai été surprise par l’ambiance. Jamais je n’aurais cru qu’un cabinet dentaire sans odeur pourrait exister. En plus dans une atmosphère détendue. Sans bruits, sans instruments médicaux. C’est ce qui m’a facilité la chose.

J’ai également été surprise par l’accueil de la part du Dr Leu. Ce n’était pas un médecin typique, mais un monsieur sympathique en costume. J’ai été accueillie pour le premier entretien dans une petite salle séparée dont l’apparence n’avait rien à voir avec une salle de consultation chez un docteur.

Afin de réduire ma peur, le Dr Leu m’a expliqué tout d’abord comment cette sorte de peur a pu se développer et combien de personnes en souffraient. Tout d’un coup je ne me suis plus sentie seule. Le Dr Leu m’a demandé s’il pouvait voir mes dents (mais on aurait pu reporter cela à plus tard). J’ai tenu les miroirs, il a regardé et tout était rapidement terminé sans complications.

Sur la base d’une radiographie, le Dr Leu m’a expliqué la démarche et ce qu’il prévoyait comme intervention, les différentes solutions possibles et les coûts. Pour la première fois dans ma vie j’ai quitté un cabinet dentaire en pensant: Maintenant tout ira bien.

La date de l’opération a rapidement décidée. Monsieur Herold et Madame Dettmann ont été mes interlocuteurs. Ils m’ont calmée chaque fois que la peur revenait.

Evidemment j’ai eu plein de doutes: Est-ce la bonne route ? Est-ce que cela vaut l’argent ? A quoi ressemblerai-je après ? Et ainsi de suite… En plus il y avait cet autre point: tous les gens autour de moi croyaient en savoir plus et m’ont pris m’a confiance en moi.

Malgré tout cela, 2 semaines plus tard j’ai pris la route pour Berlin pour une première consultation, convaincue d’avoir choisi le bon chemin. Le soir avant l’intervention j’ai eu tellement peur que j’ai commencé à pleurer. Je n’ai pas dormi toute la nuit. Le lendemain je suis allée au cabinet en tremblant.

Les médecins traitants se sont présentés à moi et Madame Dobrin m’a pris dans ses bras pour me consoler. Ensuite on m’a injecté la narcose et à partir de ce moment-là je ne me souviens de rien. Aujourd’hui j’en rie. Madame Dobrin m’a raconté que j’avais cherché un bridge que j’avais perdu juste avant l’opération. Elle m’a demandé si je l’avais retrouvé. Je ne m’en souviens plus. À un certain moment je me suis réveillée et on m’a emmené dans une salle à l’hôpital. Afin d’assurer la sécurité médicale après la longue anesthésie, j’ai dû passer une nuit à l’hôpital au lieu de l’hôtel.

Le lendemain je suis allée au cabinet dentaire où j’ai reçu ma prothèse provisoire, car les implants (c’était la solution que j’avais choisie) peuvent être mis 6 mois plus tard seulement. L’os doit d’abord se reconstruire.

Tout cela s’est passé il y a plusieurs mois et j’attends ma prochaine opération avec mpatience. Je n’arrive pas à y croire, mais c’est vrai. Ma vie a fondamentalement changé ces derniers mois. Je dors beaucoup, je rie fort, je suis allée faire du ski pour la première fois depuis des années, je n’ai plus mal à l’estomac, mes angoisses (p. ex. la peur de prendre l’avion) diminuent, j’aime aller au restaurant avec des amis, je reste détendue en regardant des émissions sur les dents à la télévision etc. Toutes ces choses qui me faisaient peur ou ces situations que j’évitais n’ont plus aucune importance.

Mes clients et mes connaissances me demandent souvent si j’avais changé quelque chose. Il y a peu de gens qui comprennent que c’est au niveau des dents. Les gens croient souvent qu’il y a eu un changement professionnel ou dans ma vie amoureuse. Mais c’est tout simple: je rie, très souvent et avec plaisir !

Personne (sauf mes meilleurs amis) n’a jamais remarqué que ce n’étaient pas mes vraies dents. Je suis heureuse et soulagée d’avoir fait ce pas et que le résultat est tellement beau. Dommage que je n’y suis pas arrivée plus tôt et que j’ai gaspillé tellement de temps.

La semaine dernière, je suis allée voir le Dr Leu tout à fait détendue pour un entretien agréable dans un cabinet dentaire. Je me sentais tellement bien !!!

Je voudrais évidemment remercier tous ceux qui m’ont accompagné et qui m’ont aidé dans ma démarche. Avant tout merci à Monsieur Herold, le Dr Leu, Madame Dettmann et à Madame Dobrin.

Avant que les choses puissent changer, il faut d’abord que tu changes toi-même !

C’est ainsi que tout a commencé et que j’ai pu vivre ce qui me semble aujourd’hui être un miracle! En 15 jours seulement à partir du premier rendez-vous, on m’a rendu une toute nouvelle qualité de vie et cela sans douleurs ou autres inconvénients – c’est tout simplement génial!

J’aimerais ainsi remercier de tout mon cœur tous ceux qui ont contribué à ce résultat extraordinaire!

Merci !!!!

Cordialement,
H. K.

Le 25.02.2009, Monsieur U.R. de Berlin a rédigé le texte suivant:

Ce que j’ai à dire: Je suis très impressionné par ce qui m’est arrivé ces dernières semaines chez l’équipe entière du groupe Gentle Dental Office !

Le concept de la thérapie à trois rendez-vous avec la possibilité d’un traitement sous anesthésie générale a vraiment été parfaitement adapté aux besoins d’un patient comme moi. Dû à une peur horrible du dentiste, j’ai évité pendant plus de 30 ans d’une manière persévérante toute pensée et toute conversation concernant le traitement dentaire.

Même ayant lu attentivement sur votre site internet presque tous les témoignages positifs de patients, je n’ai pas pu croire ce que j’ai pu lire sur les « douleurs et enflures inexistantes » ainsi que sur la durée du traitement extrêmement courte. Aujourd’hui, 12 jours après l’opération (au cours de laquelle 15 dents ont été enlevées), je peux seulement confirmer tous les compliments qui ont été fait à l’équipe du GDO quant à leur méthode. Elle a un effet incroyable: en quelques jours j’ai été transformé en une nouvelle personne !

J’aimerais ici remercier de tout mon cœur l’équipe du GDO de m’avoir rendu cette nouvelle qualité de vie, d’avoir été si aimable et d’avoir fait tous ces efforts

Encore un grand merci et beaucoup de succès avec ce travail extraordinaire!

U. R.

(il s’agit d’une traduction d’un texte rédigé en allemand)

Mail de C.T. du 12 janvier 2007 20h02

Sujet: Merci

Je ne peux m’empêcher d’aller regarder mon sourire dans le miroir chaque matin... je ne rêve pas... mes dents sont magnifiques... Je n’ai plus de ces douleurs qui me gâchaient l’existence sournoisement... Depuis que ma route a croisé celle de l’équipe du Dr.Leu, la vie est belle... Je la "croque"a nouveau a pleine dents... pour mon bonheur et celui de toute ma famille... Encore un Grand Merci a tous!

C.T.

Lettre d’une patiente suisse au Groupe GentleDentalOffice® après la Thérapie en trois rendez-vous

Chère Mme Dettmann,

Oui, la pose des prothèses s’est bien passée. Je voudrais remercier:

  • Mme Wildschütz (je crois qu’elle s’appelle comme ça), c’est avec elle que j’ai eu mon premier contact téléphonique avec le GDO et sa gentillesse m’a ôté un petit peu de ma peur;
  • le Dr Leu qui m’a donné l’espoir d’une vie sans honte et sans sentiment d’infériorité – en fait je lui dois tout;
  • les anesthésistes Dr Rachfahl et Dr Müller qui ont su gérer ma peur avant l’anesthésie générale de façon remarquable et qui m’ont donné une sensation de sécurité;
  • le Dr. Nabi qui m’a permis de retrouver mon autoestime et qui m’a rendu mon sourire (j’ai été bien contente de le retrouver au troisième rendez-vous);
  • la sympathique assistante (dont je ne sais malheureusement pas le nom) qui était toujours gaie et aimable et qui mettait une bonne ambiance dans le cabinet dentaire;
  • et bien sûr vous-même, Mme Dettmann! Vous avez toujours répondu patiemment à mes e-mails et vous m’avez accompagnée pendant toute cette période très difficile pour moi. Je n’arrive pas encore à croire que j’y suis arrivée.

Je vous remercie tous chaleureusement!!!

Amicalement

Manuela Mosole (Suisse)

Août 2006

Madame V. W. du Saint-Imier ( Romandie ) a été soigné en August 2011 avec la Thérapie en trois rendez-vous. 6 mois après le traitement, elle nous a écrit cette lettre.

Madame V. W. du Saint-Imier ( Romandie ) a été soigné en August 2011 avec la THERAPIE EN TROIS RENDEZ-VOUS. 6 mois après le traitement, elle nous a écrit cette lettre :

Merci beaucoup pour votre gentil message Daniela. Je vous souhaite également de très belles fêtes à vous et à tous ceux qui comptent pour vous :)

Vous avez été d’un très grand soutien pendant cette période quelque peu difficile pour moi. Votre gentillesse, votre présence et votre compréhension ont été très importants pour moi. Je pense que je n’aurais pas pu gérer tout ça aussi facilement si vous n’aviez pas été là.

Je n’ai pas encore eu le courage de prendre rdv chez l’hygiéniste, mais je vais le faire à la rentrée car j’ai bien compris, grâce à vous aussi, que je me devais de prendre soin de ma bouche.

Vous savez, jusqu’à présent, je ne me suis jamais réellement occupée de moi, de ma santé et de mon bien-être. Les autres sont toujours passés avant ! Mais depuis cette année, j’ai commencé à changer. Preuve en est ma décision de me soigner les dents. J’ai vécu beaucoup d’années en étant très complexée à cause de ça, ça a changé autant mon quotidien que ma façon d’être. Aujourd’hui, je réapprends à vivre, à parler et à sourire.

Tout ça pour dire que je vous suis très reconnaissante à vous surtout qui m’avez suivie et accompagnée dans cette épreuve et aussi bien sûr au Dr Leu sans lequel je n’aurais jamais eu la force ni le courage de me prendre en main.

Alors chaleureusement merci :)

Je vous tiendrai au courant pour la suite.

A très bientôt
V .W.

Monsieur P. G. du Gland / Suisse nous a écrit en décembre 2011 au sujet de son traitement avec la Thérapie en trois rendez-vous.

Monsieur P. G. du Gland / Suisse nous a écrit en décembre 2011 au sujet de son traitement avec la THERAPIE EN TROIS RENDEZ-VOUS.

Bonjour,

Je viens de terminer ma thérapie des trois rendez-vous. Après avoir lu les divers témoignages sur le site, je me rends compte que pour tous, nous avons vécus pratiquement la même chose. Bien sûr c’est l’anxiété, la peur, les mauvais souvenirs qui nous ont fait venir chez Gentle Dental Office.

Aujourd’hui, oui, je peux l’affirmer, c’est une méthode efficace et sans douleur. Je suis heureux d’avoir rencontré le Dr. Leu et son équipe qui ont fait un travail remarquable pour moi. Un énorme Merci à tout le monde.

Mais, aujourd’hui, si je tiens à témoigner, c’est pour remercier Daniela Oana qui s’est chargée de l’organisation et du suivi de mon dossier durant le traitement.

Avec le Dr. Leu, lors de mon premier rendez-vous, elle m’a expliqué en français l’importance et le besoin d’effectuer cette intervention. J’étais pourtant sur une grande retenue et surtout sceptique, sans compter l’anxiété de me retrouver dans un cabinet dentaire. Suite au premier rendez-vous, j’étais déjà sur le point d’abandonner en raison de mes craintes et surtout de l’ampleur du travail à effectuer.

Pourtant, c’est lors de nos entretiens téléphoniques et par e-mail que Daniela a su me donner la confiance et l’assurance que j’avais besoin. Sans sa gentillesse, son écoute, sa disponibilité, ses réponses et conseils à mes interrogations, aucune suite n’aurait eu certainement lieu.

En plus des appels réguliers de sa part pour s’informer de mon état, à chacune de mes demandes Daniela a répondue présente. Lors des rendez-vous, elle a toujours apporté cette même priorité à mon égard. Elle m’a également apporté un soutien psychologique important dans ce parcours.

Que dire de plus, Merci à tout le monde et un grand Merci pour vous Daniela. Avec mon amie, nous aurons toujours une petite pensée pour vous en raison de votre soutien et de votre dévouement à notre égard.

Cordialement
P . G .

Madame H. F. d’Autrice s’est décidée pour la Thérapie en trois rendez-vous

Mille mercis – j’ai recu le email et je suis moi-même étonnée de mon courage. Mes sincères salutations H. F.

Journal imtime de Madame H. F.

9.6.2008

Encore une fois je suis assise devant mon ordinateur, j’ai fini mon travail et je surfe au hasard sur internet. Depuis les derniers mois mon critère de recherche préféré dans est „peur du dentiste“. Et une fois encore je trouve un tas d’informations que je connais déjà. „Hypnose“, „musique douce“, „cabinet avec ambiance pleine de style“, „compréhension pour les négligences et les carences“ promettent quelques sites et „Aucune peur à voir, chez moi on ne fait pas mal“, mon équipe et moi, nous sommes si gentils et „vous n’avez qu’à“ affirment d’autres sites“. Et enfin un autre site, que je n’avais pas encore vu je crois, où un dentiste prétendait, qu’une peur existerait, comparable à une maladie telle que la grippe aviaire et qui n’avait pas forcément de relation avec un certain courage ou bien des troubles psychiques.

Très rapidement, cela m’a fasciné de pouvoir considérer mon problème de la sorte – et peu importe la manière dont cela s’est passé, d’un coup je me décidais à remplir le formulaire pour enfin savoir si j’étais concernée par cette phobie. WOW – j’ai presque atteint le maximum de points, et selon l’analyse du questionnaire il en ressortait – je ne suis pas folle, je suis malade. Toute fascinée, je ne remarquais même pas que j’envoyais déjà le questionnaire.

Bon OK, pas de panique maintenant – d’autre part j’habite suffisamment loin et je n’ai quand même pas besoin de réagir à d’éventuelles réponses. D’autre part pour obtenir un rendez-vous, cela dure toujours très longtemps et qui sait ce qui se passera d’ici là. De plus, un tel traitement est possible en Allemagne et en Suisse, mais cependant pas chez nous à Vienne. Alors on se calme et pas de panique.

10.6.2008

Hmm j’ai vraiment reçu une réponse et bien qu’ils sachent que je ne suis pas retournée depuis plus de 20 ans chez le dentiste, ils m’ont félicité d’avoir fait le premier pas. Pensent-ils vraiment sérieusement qu’il n’y a pas de raison à avoir honte. Dans le courrier on m’a proposé deux rendez-vous au choix, afin d’analyser si je le souhaitais mon problème, avec la promesse qu’il ne se passerait absolument RIEN lors de la première consultation. Le premier rendez-vous pouvait déjà avoir lieu la semaine suivante ou bien alors dans 3 semaines.

Et si on me promet qu’il ne se passera rien et que le Dr. Leu est d’avis qu’il n’y a aucune raison d’avoir honte, alors pourrais-je peut-être... ??? Non, il ne s’imagine certainement pas une dentition en si mauvais état, ou peut-être que si.... ???

11.6.2008

Mais quelque part, ces pensées ne me quittaient pas et je prenais alors rendez-vous par email pour le 18 juin. Alors tout s’est déroulé tambour battant. Le jour même, j’échangeais déjà 6 emails avec les collaborateurs du Dr. Leu. Ils étaient pleins de paroles encourageantes et pleins de compréhension. Je me sentais confortée dans ma démarche et j’en étais déjà fière. Quelque part, j’avais l’impression d’avoir déplacé des montagnes en direction du prophète. Dans un des emails, on me donnait une adresse pour une radiographie panoramique, que j’ai déjà faite faire sans tarder le 12.06.

18.6. 2008

„En sureté!“ je suis de nouveau à la maison. En fait, l’entretien avec le Dr. Leu était non seulement intéressant (j’ai même pu l’écouter) mais quelque part également rassurant. En réalité je doute peu à peu de moi-même. C’est tout de même rassurant d’apprendre, qu’il y a quelque chose à faire afin que je retrouve courage mais aussi une certaine qualité de vie – et cela grâce à un traitement dentaire.

Mais chaque chose en son temps. J’étais comme à l’habitude en avance lorsque je me rends à un tel rendez-vous, et je me suis baladée quelques minutes autour de l’immeuble où se trouvait le cabinet ou j’avais rendez-vous. Mais toujours avec l’arrière pensée, si je fais demi-tour, je peux rentrer à la maison – Et alors j’ai osé faire le pas que je n’avais plus osé faire depuis une éternité, c’est à dire sonner à l’interphone pour entrer dans l’immeuble, cela m’avait été impossible depuis des années. Je savais que je pouvais à tout moment retourner sur mes pas. Mais un court instant après que cette pensée m’ait traversé l’esprit, se tenait déjà près de moi un gentil monsieur qui me souriait. De mon côté j’essayais d’esquisser en retour ce que l’on peut appeler un sourire, mais avec la bouche fermée, habitude que j’avais prise depuis longtemps. Mais saisie par la peur je n’y suis même pas parvenu. Puis il m’a abordé très gentiment : « Se peut-il que vous ayez rendez-vous avec moi ? Êtes-vous Madame F ? Je suis le Dr. Leu, je suis content que vous soyez ici. Vous avez ainsi franchi l’étape la plus difficile ».

J’écoutais tout ce qu’il me disait et en même temps ces pensées que je connais si bien se précipitaient en moi. „Trop tard, maintenant je ne peux plus m’échapper“ ou alors „Il ne sait pas à quel point il a raison, et combien il m’a couté de me rendre à ce premier rendez-vous“, „Au fond je pourrais faire demi-tour si je le souhaitais, n’est-ce pas ?“

Pendant notre entretien j’étais tout simplement anxieuse, nerveuse, tremblante et paralysée. Ce qui a suivi, je n’aurais jamais pu me l’imaginer. Le Dr. Leu m’a expliqué alors de quelle manière il avait commencé à traiter de tels patients, ce qui l’avait poussé à se pencher sur ce problème et quelles sont les similitudes entre ma phobie et d’autres phobies. Il m’a donné des explications sur ma radio panoramique et m’a dit ce qu’il y aurait à faire, il a pris quelques photos et a établit une anamnèse précise. A partir de cet instant, j’ai pu commencer à sourire, depuis des années je n’y étais plus arrivée en présence d’un inconnu.

Malgré son humour, j’ai pu discerner le sérieux de son travail. Il a insisté sur le fait que si je désirais vraiment cette thérapie, il me faudrait rester quelques heures sous contrôle médical après le deuxième rendez-vous (T2), c’est à dire le traitement effectif sous anesthésie générale.

Comme je suis malade du cœur depuis 2 ans, mon cardiologue a estimé que les risques étaient naturellement plus élevés pour moi que pour une personne en pleine santé, cela signifie que tous les intervenants ont du prendre plus de précautions que d’habitude et que du personnel médical s’est occupé encore quelques heures de moi. Le deuxième rendez-vous sous anesthésie générale a eu lieu à Berlin, afin que je puisse être directement transportée après l’intervention dans une clinique, où je devais rester sous surveillance médicale.

Étrangement, cela ne m’a pas effrayée un instant, car j’avais l’impression d’être dans de bonnes mains. D’un coup j’ai pensé qu’il était une personne qui ne se limitait pas uniquement à son domaine spécifique, mais qu’il était également en mesure de penser un peu plus loin. En quelque sorte paradoxal – un dentiste et un sentiment sécurisant – jusqu’a cet instant précis, je n’avais jamais vécu une telle expérience.

Deux heures plus tard, j’étais de nouveau à la maison, le poids qui pesait sur mes épaules s’était envolé et avait laissé la place aux endorphines.

Et d’un coup, le téléphone sonna et une gentille dame me demanda si j’étais déjà de retour à la maison et si j’allais bien. C’était une collaboratrice du Dr. Leu. Elle me disait que si j’étais d’accord elle pouvait déjà me proposer une date pour un deuxième rendez-vous (T2) à Berlin, tout de suite après mes vacances, c’est à dire le 11.7.

Après avoir échangé quelques emails, le rendez-vous était déjà fixé, et j’aillais recevoir au cours des prochains jours les documents nécessaires à la préparation de l’anesthésie.

20.6.2008

Aujourd’hui j’ai reçu les documents et demain je prendrais contact avec l’anesthésiste. Ca tombe certes un samedi, mais c’est ce qui figure dans le courrier, alors voyons voir.

21.6.2008

En quelque sorte j’ai l’impression d’avoir vécu jusqu’à présent dans un autre univers. J’ai parlé à l’anesthésiste, il est vraiment très gentil et plein d’humour. Il m’a tout expliqué de façon très précise et m’a dit à quoi je devais veiller. Lui aussi me disait qu’il insistait sur le fait que je reste sous surveillance médicale après l’intervention. Mais je n’ai pas peur, tout va bien se passer. Maintenant, il ne me reste qu’un rendez-vous le 4 juillet chez mon cardiologue et à réserver les vols.

Je ne sais pas vraiment gérer ce que je ressens en ce moment. Bizarrement à la joie et au sentiment de fierté d’être arrivée déjà si loin s’ajoute également un sentiment de peur au regard de la suite des évènements.

4.7.2008

Mes vacances sont terminées et je suis de nouveau à la maison. Les vacances étaient captivantes. Mon corps est envahi de symptômes psychiques, comme ce le fut pendant des années. Mais plus cette fois, car je l’ai décidé. Je vais à Berlin le 11, un point c’est tout.

Pour expliquer en bref. J’ai eu un petit accident en voulant monter dans la voiture. J’ai glissé, me suis blessée les tendons et la cheville et maintenant je boite. Il y a quelques temps, cela m’aurait suffit pour dire „Trop malade pour prendre l’avion, je ne peux pas honorer le rendez-vous“, mais pas cette fois ci.

Après pendant les vacances j’ai eu d’une part des problèmes de reins, d’autre part j’ai eu des problèmes de bile, bien que celle-ci m’ai été retirée il a déjà des années à l’hôpital, et pour couronner le tout j’avais l’impression qu’une de mes côtes était fêlée. C’était un petit jeu très intéressant, auquel mon corps avait l’habitude gagné, mais pas cette fois-ci.

Maintenant, la seule personne qui pourrait s’opposer à la poursuite du traitement serait le spécialiste des maladies internes, qui doit donner son accord pour l’intervention. Il est également mon cardiologue et me connait assez bien. Alors peut-être un petit espoir, peut-être va-t-il refuser, alors j’aurais été courageuse, mais ce ne serait pas de ma faute si l’intervention ne peut avoir lieu. Malheureusement pas le cas. Il n’a trouvé aucune contre-indication au traitement et m’a même félicité de ma décision, et m’a dit que nous nous reverrions après l’intervention.

L’unique solution pour moi maintenant de ne pas aller à Berlin serait de pouvoir rejeter la responsabilité sur quelqu’un d’autre ou bien de pouvoir me justifier en raison d’un évènement imprévisible, par exemple le vol a été annulé et non remplacé ou bien l’avion s’est écrasé. Bon maintenant, il ne reste plus qu’une semaine. Le 11 juillet je prends l’avion, le jour même j’ai l’opération et le 12 je suis de retour à la maison.

7.7.2008

Pendant le week-end, j’ai réussi dans une certaine mesure à refouler mes angoisses, mais lentement je remarque la tension. Il ne reste plus que 4 jours.

Étrangement je ne peux pas vraiment définir mes émotions profondes, mais je me sens comme un petit enfant, à qui on aurait raconté l’histoire du Père Fouettard. D’un côté le petit enfant se réjouis à l’idée de l’aventure et des cadeaux, d’un autre côté il craint cet homme méchant et l’enfant serait content si tout était fini, car alors il aurait prouvé son courage et empocher la récompense.

10.7.2008

Je ne sais pas exactement comment je me sens. J’ai une drôle de sensation au ventre, la diarrhée, des mains gelées, je tremble sans arrêt mais j’essaie quand même de me concentrer pour rassembler les choses dont j’ai besoin pour le voyage. Demain la journée démarre à 5 heures du matin.

13.7.2008

Bonjour, c’est moi, je suis de nouveau à la maison. Je suis une héroïne!!! Maintenant un court témoignage:

Il m’est impossible de vous décrire à quel point j’ai eu peur, car cette description ne correspondrait même pas à la réalité. Je me suis sentie aussi mal que la veille et ce jusqu’à ce que je me trouve devant la clinique à Berlin. Comme d’habitude, toujours une heure à l’avance, avec une folle envie de rebrousser chemin. Mais mon mari, mon bon esprit, était avec moi et je voulais lui montrer que j’étais courageuse. Pour moi, pour lui et pour les finances.

Il est donc préférable maintenant de rentrer dans la clinique et d’attendre à l’intérieur. Pouvez-vous vous imaginer à quel point „une telle heure“ peut être brève dans de telles circonstances. Après cette heure d’attente, tout s’est déroulé très rapidement.

Tout d’abord une jeune femme s’est approchée de moi et s’est présentée comme l’assistante du dentiste. J’avais vraiment l’estomac dans les talons. Elle continua à parler et m’expliquait qu’elle comprenait bien que je puisse avoir peur, mais que je ne devais pas m’en faire car elle resterait à mes côtés. Elle m’expliquait que ce n’était plus mon job de me faire du souci, mais qu’à présent d’autres personne allait s’en charger et que je j’avais fait déjà du très bon travail.

Pendant un long moment j’ai repensé à ce qu’elle m’avait dit. Quelque part, je n’aime pas me décharger de mon travail. Les autres peuvent volontiers travailler, mais dans ce cas je préfère assister et observer plutôt que de me décharger complètement de ma tâche. Néanmoins, les paroles de la jeune femme ont eu sur moi l’effet d’un baume au cœur. „J’ai déjà accompli mon travail, et très bien d’ailleurs“. Oui j’ai pris la décision, mais maintenant c’est à votre tour.

Mais lorsque l’assistante de l’anesthésiste s’approcha de moi, j’étais alors bien décidée à ne plus m’enfuir, mais les larmes me coulaient alors sans retenue. J’étais aussi bien envahie par la peur, que par la tension nerveuse mais également la colère contre moi-même. Elle m’a apporté des mouchoirs, m’a caressé la joue et le haut du bras et m’assurait que tout serait bientôt fini.

Il m’a fallu supporter la conversation avec l’anesthésiste. Elle était agréable et gentille et a eu de gentilles paroles à mon égard, mais dans un premier temps tout était trop pour moi. Alors je suis rentrée dans cette terrible pièce, ou se trouve l’horrible fauteuil. Il faillait que j’y prenne place et l’anesthésiste me dit alors une fois encore que je devais serrer les dents, puisqu’elle allait maintenant m’introduire l’aiguille pour la perfusion.

A peine m’avait-elle dit cela, que j’eu déjà la légère sensation que ma main me brûlait. „Je rince juste rapidement“ me disait l’assistante „Ca ira alors beaucoup mieux“. N’ayant remarqué aucune différence, si ce n’est qu’une légère brûlure qui m’importait peu, elle me dit alors qu’elle devait rincer à nouveau.

„Peu m’importe, je suis fatiguée“ furent mes mots et ensuite... pas la moindre idée. La seule chose dont je me souviens est que je dus m’asseoir sur un autre fauteuil de soins. C’était le fauteuil pour le transport des malades. Nous sommes alors allés à l’hôpital et j’ai continué à dormir.

L’opération a duré 5 heures en tout me disait mon mari et j’étais vers 9 heures déjà assez en forme. Au fait, ont-ils vraiment fait quelque chose ? Je ne ressens aucune douleur – hmmm – Je vais certainement les ressentir un peu tard, pensais-je alors. Erreur, nous sommes déjà dimanche aujourd’hui et j’ai été opérée vendredi. Toutes ces ruines ont disparu de ma bouche. Je ne ressens toujours aucune douleur, mais vraiment aucune et je m’habitue peu à peu à ma prothèse provisoire. „le modèle berlinois“

Le seul inconvénient fut que je sois à jeun depuis jeudi 22.00 heures jusqu’à mon retour à Vienne samedi à 17 heures et que je n’ai bu que de l’eau pendant tout ce temps, car la clinique n’avait rien prévu d’autre. Mais 2 kilos de moins ne me font de toute façon pas de mal et ca ne se remarque même pas.

Dr. Leu m’a laissé le choix de décider, si je souhaitais le 3ème rendez-vous sous anesthésie. Il était d’avis que cela ne serait pas nécessaire, mais que je devais faire ce que mon instinct me disait. C’est alors ce que j’ai fait. J’ai été très très bien encadrée – un GRAND MERCI !!! - mais maintenant je surmonterai la suite toute seule. Je me rends au troisième rendez-vous sans anesthésie.

Einziger Nachteil war – ich war von Donnerstag 22.00 Uhr – bis zu meiner Rückkunft in Wien am Samstag um 17.00 Uhr Nüchtern – habe mich nur von Wasser ernährt, weil die Klinik nicht darauf eingestellt war. Aber 2 Kilo weniger tun mir ja nicht wirklich schlecht und fallen nicht einmal auf *ggg*.

Dr. Leu hat mir freigestellt mich zu entscheiden, ob ich auch den 3. Termin in Narkose machen möchte. Er meinte, es sei nicht nötig, aber ich solle es mit meinem Bauchgefühl ausmachen.

Das hab ich getan. Ich bin riesig gut betreut worden – dafür ein Dickes DANKE!!! – aber jetzt pack ich es auch Ohne. Den 3. Termin geb ich mir jetzt echt Ohne Betäubung.

Madame J. H. raconte son expérience avec la Thérapie en trois rendez-vous

Madame J.H. le 25.01.2008

9.6.2008

Tout a commencé lorsque j’ai commencé à chercher les termes « peur du dentiste » sur internet. C’était peu avant Noel 2007. Le site internet du Dr. Leu m’a complètement interpelée. J’ai une peur panique du dentiste, car j’ai vécu plusieurs expériences catastrophiques et j’ai des dents en très mauvais état.

Au cours des premières semaines de janvier 2008, je me suis décidée à appeler Madame Herold, qui m’a très bien conseillée. Après notre premier entretien, j’étais enfin fermement décidée à changé quelque chose à mon état. Alors j’ai pris mon premier rendez-vous avec le Dr. Leu à Francfort.

Avec le temps j’ai commencé à douter du fait de pouvoir surmonter mon problème. Trois jours avant mon premier rendez-vous si je me souviens bien, je voulais tout laisser tomber. J’ai échangé des emails avec Madame Herold qui m’a toujours apporté le soutien nécessaire et m’a encouragée.

Aujourd’hui, c’était le grand jour, j’ai eu mon premier rendez-vous avec le Dr. Leu et je n’étais pas seul, il y avait d’autres patients qui avaient exactement le même problème. Naturellement, on ne s’entretien pas d’un tel sujet dans la salle d’attente. J’étais si contente, que ce soit enfin mon tour. A présent il fallait que j’affronte le problème. Je me suis sentie patraque, lorsque j’ai ouvert la bouche. Mais naturellement le Dr. Leu se doutait déjà de l’état dans lequel je me sentais. Il a fait toutes les photos et regardé les radiographies et après une petite heure tout était fini.

J’attends maintenant le devis estimatif et je prendrais alors le prochain rendez-vous que l’on me propose pour l’opération.

Je suis si heureuse d’avoir pris cette décision et attends maintenant avec hâte l’opération.

J. H.

Signora J. H – due settimane dopo l’operazione

Cara Signora Herold

Je suis arrivée au cabinet dentaire et je n’ai pas eu besoin d’attendre, j’ai eu toute de suite un entretien relatif à l’anesthésie. Ensuite on est allé directement dans la salle de soins et je me suis installée sur le fauteuil que je déteste tant. L’anesthésiste m’a injecté tout de suite une sédation dans les veines et accroché la perfusion. A partir de ce moment je ne me souviens plus de rien.

Je n’ai vraiment rien senti. Mon mari est resté auprès de moi jusqu’à ce que je sois endormie, il a même fait la connaissance du dentiste traitant, mais je n’étais déjà plus en état de tout enregistrer. Je me suis réveillée après 3 heures et j’étais extrêmement fatiguée. Après deux heures j’allais déjà mieux et nous sommes rentrés à la maison.

J’étais assez somnolente après l’opération, mais il est tout à fait normal d’être aussi fatiguée et comme on peut dire à côté de ses souliers. Dans la voiture, je m’endormais continuellement, ce qui m’a valu de passer ensuite une nuit blanche, car j’avais dormi toute la journée. Peu importe, tout est fini, les douleurs et gonflements étaient vraiment minimes, cependant le jour d’après, il a quand même fallu que je prenne de l’ibuprofène, car les plaies me faisaient mal. Il faut dire que l’on m’a arraché quand même 11 dents, plombé quelques unes et sinon j’ai eu le droit au programme complet du nettoyage professionnel, etc.

C’était déjà il y a 15 jours et je ne me souviens même plus comment c’était avant. Il est clair qu’en ce moment je suis édentée, mais cela ne concerne que les dents du fonds. Les dents de devant ont pu par chance être conservées. J’ai seulement quelques difficultés à manger, puisque je ne peux pas mâcher. Mais demain tout cela aura une fin, puisque je vais chercher mes nouvelles dents.

Les fils se sont presque dissous tous seuls, donc il n’en reste plus beaucoup à retirer. Mes nouvelles dents vont être ajustées puis mises en place. J’espère que tout ce passera bien. Finalement, on peut les retirer les fils maintenant.

Je suis si contente d’avoir franchi le pas et j’aimerais par la présente remercier tous ceux qui m’ont aidé, particulièrement auprès de madame Herold et de Madame Dettmann. Elles étaient toujours à l’écoute pour moi et m’ont constamment encouragé. Merci.

J. H.

Madame J.H. Le 2 mars 2008 – quelques jours après le troisième rendez-vous

Bonjour à vous tous qui suivez les nouvelles du site internet „la peur du dentiste“. J’ai mes nouvelles dents depuis 5 jours, c’est à dire des prothèses. Entre temps je n’ai plus de problèmes, il faut seulement s’y habituer, mais ca va aller.

Je n’aurais tout de même jamais pensé, qu’il serait possible que ma vie se transforme de telle manière en l’espace de 4 semaines. Mais c’est bel et bien arrivé.

Le plus difficile est de faire le premier pas, prendre le téléphone et contacter Madame Herold ou bien directement avec le Dr. Leu, mais je peux le conseiller à quiconque se trouvant dans la même situation dans laquelle j’étais. J’ai réussi et je suis très très fier de moi.

Maintenant je n’ai plus à avoir peur, que n’importe voient mes dents abimées. Je peux aller sans gêne chez le médecin et le laisser regarder dans ma gorge lorsque j’ai la grippe, ce qui m’était impossible il y a encore peu de temps. Et vous n’allez pas le croire, j’ai pris un rendez-vous chez le dentiste. Il est dans 2 semaines et je n’ai absolument pas peur. Je n’ai rien à craindre, tout va bien maintenant. Je vais certainement grincer des dents, mais je vais y arriver. Si j’ai réussi jusqu’à présent, il n’y a pas de raisons que ca ne continue pas.

Ce que j’aimerais le plus maintenant, ce serait d’avoir des implants, mais financièrement, ca ne m’ai pour le moment pas encore possible. Les plaies au niveau de la mâchoire doivent tout d’abord cicatriser et l’os se reconstituer. Le traitement m’a maintenant couté quelques milliers d’euros, et il faut d’abord pouvoir les gagner.

En tout état de cause, je remercie tous ceux qui m’ont aidé à retrouver mon sourire, et libéré de la peur que quelqu’un puisse voir mes dents si abîmées. Elles ont maintenant disparu à jamais et j’en suis incroyablement fière.

Mes salutations à tous ceux qui souffrent encore de ce problème. J’espère avoir pu vous rendre espoir. Il est si simple de se débarrasser en 4 semaines de cet énorme problème et d’apprécier enfin la vie avec ses nouvelles dents.

Bonne chance!

J. H.

Madame G.S des environs de Cologne témoigne de ses émotions et de ses expériences vécues au cours de la Thérapie en trois rendez-vous

Bonjour Madame Herold,

Suite à notre très agréable conversation téléphonique d’hier, je vous recontacte comme promis par courriel afin de vous faire part de mes états d’âme.

Après une très mauvaise nuit de sommeil (j’ai en effet rêvé du deuxième rendez-vous T2 mais aussi que je me suis comporté d’une manière gênante en n’étant pas capable de me rendre sur ce „fauteuil de l’horreur“), j’ai appelé Madame Dettmann pourêtre certaine que que courriel que mon époux lui a adressé hier, lui est bien parvenu.

Au cours de l’entretien, (Madame Dettmann est une personne très agréable – comme vous d’ailleurs-) je lui ai expliqué à quel point j’allais mal en raison de mon rêve. Elle m’a tout de suite mise à l’aise et m’a expliqué qu’un jus relaxant ou un comprimé qui a le même effet me serait administer avant l’anesthésie, de telle sorte que je ne me rendrai absolument pas compte du déplacement vers le fauteuil de soins dentaire.

A ma grande surprise, elle m’expliquait également, que je pourrai également être opréré à Cologne le samedi et que si je souhaitais être soignée aussi vite que possible vendredi prochain, ca ne serait pas un problème non plus. D’une part, je me réjouis du rendez-vous de jeudi à Cologne mais d’autre part, cette peur m’envahit, à tort, d’être invectivée du fait de l’état de désolation dans luquel se trouve mes dents.

J’espère ne pas vous avoir importuné et vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées.

G. S.

Bonjour Madame Herold,

J’espère que vous et votre famille avez passé un bon week-end!

J’ai essayé de suivre vos conseils et de m’accorder un week-end relativement calme … Toutefois, pour être honnête avec vous, je ne fais que penser à mes dents et à la peur qui l’accompagne. J’appréhende également le premier rendez-vous mais aussi surtout le deuxième rendez-vous.

Cela reste pour moi un véritable mystère de savoir de quel manière je parviendrai à m’installer sur ce fauteuil de soins. J’ai tout simplement peur de la peur. Je veux dire que j’ai peur de la manière dont je me comporte!!! Je ne voudrais en aucun cas être embarassée ou même être grossier. Aviez-vous vous aussi de telles pensées? Ou votre cas n’est-il pas aussi grave?

J’ai également peur de la maniére dont je me sentirai ensuite. Je n’ai jamais subi d’opération qui durent 5 ou 7 heures! La seule opération que j’ai subie a eu lieu lorsque l’on m’a enlevé un kyste au niveau des trompes de Fallope. Mais cela a duré peut-être une heure et je me souviens encore des effets secondaires de l’anesthésie générale. J’avais en effet froid et j’avais mal au coeur.

Je suis désolé de vous agaçer avec ma lettre et vous pensez certainement „ah! Encore elle“ und sicherlich denken Sie .....

Pour être sincère, je me porte beaucoup mieux lorsque je vous écris ou quand je vous lis ou je vous entends!!!

Cordialement>br />G. S.

Chère Madame Herold,

Merci pour votre réponse. Encore deux jours avant mon premier rendez-vous! Je n’arrive pas à croire que j’ai réussi à vous appeler. C’est comme un train qui se déplace à toute allure.

Cependant, mes crises de panique se font de plus en plus fréquentes. Je peux à peine dormir. Je sais déjà moi-même que mes dents sont en mauvais état. Et ma peur que le Dr.Leu puisse me dire quelque chose m’occupe également beaucoup l’esprit.

Mon époux me soutient là où il le peut et essaye de me changer les idées. Par exemple, le menuisier est là aujourd’hui pour le plan de travail que nous désirons depuis longtemps dans la cuisine! Sans lui, je ne supporterais pas tout cela. Il m’a promis d’être toujours à mes côtés et de me donner la main. Lors des rendez-vous, je ne pourrai très certainement pas parler – je suis si nerveuse und angoissée– c’est lui qui le fera pour moi.

Ce qui me rassure, c’est que tous soient prêts à vouloir m’aider – et je suis si surpris qu’après avoir cherché une main pour m’aider que de si nombreuses personnes me tendent la main.

C’est la raison pour laquelle je vous remercie vous et toute votre équipe !

Je vous souhaite une bonne journée!br />G. S.

Bonjour Madame Herold,

Je n’arrive pas à y croire! Quand je pense que je me sentais mal hier à cette même heure et qu’aujourd’hui je suis assis ici et que je vous écris que je me sens maintenant soulagée et heureuse.

Je ne sais absolument pas comment j’ai réussi à en réchapper hier matin. L’attente a été vraiment le pire! J’ai eu besoin de 10 minutes pour mettre mes chaussures et je suis vraiment monté presque apathique dans la voiture de mon mari. J’avais tellement peur! J’avais tellement peur que j’en claquais des dents!

On a bien trouvé le cabinet dentaire et nous avions encore un peu de temps si bien que mon mari proposa de se promener autour du pâté de maisons. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait et j’étais tellement silencieuse (normalement je parle beaucoup) et mon mari me tenait et me serrait la main!

C’est lui qui a sonné (je n’en étais pas capable) et une jeune et gentille femme ouvrait la porte et disait que le Dr. Leu pourrait arriver à tout instant. A ma grande surprise (et également celle de mon mari), ça ne sentait pas le dentiste et il n’y avait nul part des photos de dents cariées accrochées aux murs ou autre.

Dans les deux minutes qui suivirent, le Dr. Leu était là et il m’a accueilli avec les mots suivants: "Bonjour Madame Schmidt, je vous ai déjà vu dehors, je peux vous promettre qu’il ne vous arrivera rien de mal, je ne fais que regarder!" Très soulagée, j’ai pénétré dans la salle de soins accompagnée de lui et de mon mari! Il était là devant moi ! Le fauteuil de la peur! Le Dr. Leu était très aimable et disait : "Vous ne voulez très certainement pas vous asseoir là-dessus ? - Vous ne devez pas vous y asseoir".

Il nous expliquait comment lui est venu cette idée de créer le GDO et je ne m’imaginai pas le moindre instant qu’il allait regarder dans ma bouche …

Après environ 30 ans, il était le premier dentiste (sans blouse blanche mais très pimpant dans son costume) qui regardait à nouveau dans ma bouche ! A aucun moment je n’ai songé à paniquer. Je ne comprends pas moi-même. Par la suite, une radiographie de ma dentition a été faite et nous avons discuté du plan de traitement. Grâce à sa manière d’être très calme et réfléchie et à bien mener la discussion, il a réussi à m’enlever la peur de la peur de devoir paniquer !

Je suis sûre du fait que que je continuerai sue cette voie. Ce qui ne signifie pas que je n’ai pas peur du deuxiéme et du troisième rendez-vous. Biensûr que j’ai peur mais depuis hier, une lueur d’espoir est apparue et je pense pouvoir faire à nouveau confiance à un dentiste. Le fait de croire que tout sera fait, ce que je suis également prête à admettre , et que si ça devait mal se passer pour moi, il y a tellement de gens ici qui m’aideront pour que je me sente bien à nouveau !

Vous recevez certainement un grand nombre de courriels – surtout lorsque la date du deuxième et du troisième rendez-vous s’approche. C’est incroyable, tout ce que l’on peut découvrir sur cette page internet se passe exactement ainsi dans la réalité !

Merci beaucoup!
Cordialement
G. S.

Bonjour Madame Herold,

Aujourd’hui, je ne vais pas bien du tout! Je suis vraiment désespérée – je ne sais pas si ça voius intéresse vraiment …

Hier, nous avons reçu le devis et le plan de traitement. Ce n’est pas ce que ça va me coûter le véritable problème (nous devons tout d’abord vendre les actions etc. et ensuite on peut démarrer!), mon problème est simple:

Comme je l’ai lu, tout ce qui va être fait , (je n’ai compris que la moitié – mon mari est très gentil et parle de tout cela au téléphone avec Madame Dettmann) et je me sens toujours mal. C’est chez moi que ça va certainement le plus mal – rarement un dentiste a vu une telle chose!!! J’essaie pendant tout ce temps de me souvenir de cette sensation agréable lors du premier rendez-vous avec le Dr.Leu. Comme il était confiant – mais maintenant – tout a changé !

Vous avez-vous aussi vécu de tels moments où vous souhaitiez tout simplement vous enfuir. Je dois absolument me laisser soigner- je le sais. Aujour’hui, je me sens trop mal…

J’espère que vous pouvez me comprendre !

Cordialement, G. S.

Bonjour Madame Herold,

Vous avez certainement encore une fois raison! Peut-être que demain je me sentirai mieux??

En fait, je trouve que j’ai des dents qui sont dans un mauvais état – Peut-être pas à l’avant mais sur le côté ! Est-ce-qu’on vous a déjà arraché des dents? Donc, si je compte bien, j’en arrive à 11 dents (y compris des restes de racines qui doivent évidemment aussi être retirés)!!!!! Mon dieu, c’est énorme …

J’ai également du mal à supporter les avis de ce qui me demandent ce que j’envisage. Soit ils ne peuvent comprendre, ou alors ils demandent tout de suite combien ça coûte. Ces propos, je les ignore.

Merci beaucoup d’avoir répondu si vite. Ca me fait toujours du bien de parler avec vous ou de vous écrire.

Cordialement,
G. S.

Bonjour Madame Herold !

Comment allez-vous ? Je me sens ce matin dèjà mieux qu’hier. J’ai encore hier soir discuté à fond de tout cela avec mon mari et il est aussi d’avis que de tels moments et de tels sentiments seraient tout à fait normaux si l’on osait faire ce grand pas en avant pour moi. Je suis tellement heureux d’avoir un mari si gentil et compréhensif. Mais il est très certainement normal que les partenaires s’occupenrt de cela.

Je voulais encore une fois vous remercier pour m’avoir répondu à chaque fois et d’avoir toujours eu une oreille attentive pour moi. J’espère que que ça ne vous dérange pas que j’écrive aussi souvent ou que je vous appelle? J’espère que je peux continuer à le faire?

Je suis très certainement une des patientes les plus énervantes que vous ayez jamais eue! Je vous souhaite de passer une bonne journée! (Ici il fait très beau, j’espère que chez vous aussi)

Cordialement,
G. S.

Chère Madame Herold,

J’espère que vous avez passé un bon week-end et que vous avez bien célébré la majorité de votre fils. En ce qui me concerne, il n’y a pas grand chose à raconter si ce n’est:

Vendredi, j’ai eu une conversation courte et sympathique avec l’anesthésiste le Dr. Unkel. La conversation détailllée aura lieu demain (il veut m’appeler). J’espère quem on rendez-vous sous anesthésie aura bien lieu le 27.10. , car entre temps, le temps d’attente est plutôt. Je ne pense qu’à mes dents et ce qui se passera après – L’horreur!

J’ai déposé les documents à la poste samedi et je les ai envoyés à l’administration à Munich en espérant qu’ils arriveront demain.

Je me rends malade et mon mari me fait de la peine car les questions que je lui pose, je les lui ai posées probablement 1000 fois. Je crois que pour lui aussi ce sera un soulagement quand ca sera fini!

Je ne parviens pas à me concentrer sur mon anniversaire.

En attendant, salutations cordiales,
G. S.

Bonjour Madame Herold,

e viens tout juste de recevoir l’adresse du rendez-vous T2 par courrier et je suis totalement paniquée!!!

Je me sens déjè mal en lisant que je dois être sur place à 9h00 alors que le traitement ne commence qu’à 10h00. Je ne supporte pas cette idée de devoir faire la causette avec le dentiste ou l’anesthésiste. Inimaginable! Le mieux serait de me donner quelque chose pour que je ne sente rien car chez moi, le seul fait de sentir l’odeur du cabinet dentaire déclenche vraiment un haut-le-cœur et des vomissements. Je dois encore éclaircir cela demain avec le Dr. Unkel, et lui demander si je ne dois prendre quelque chose avant.

Madame Herold, peu avant la fin, j’ai vraiment peur.....Est-ce-que vous vous sentiez égalementt ainsi ?

Des milliers de questions. Et après? Est-ce-que ça fait mal? Est-ce-que je vais me réveiller ? Il s’agit là de pure peur!....Vous connaissez ce sentiment ??? Ou suis-je comme je le craignais un cas particulier ???

Je serais très heureuse de recevoir une réponse de votre part.

Cordialement,
G. S.

Merci pour votre prompte réponse. Vous êtes vraiment toujours là pour moi lorsque j’ai besoin de vous ! Merci beaucoup !

Cette année, je ne vais pas trop fêter mon anniversaire (J’ai vraiment fêté mon 39ème anniversaire et j’avais déjà dit que lorsque j’aurai 40 ans, je ne les fêterai pas. Peut-être était-ce déjà une prémonition ?) La famille vindra tout simplement et je ne souhaite pas recevoir de cadeaux pour mon anniversaire (ce qui ne simplifie pas les choses pour les gens mais les complique). Car je le sais, mon cadeau je peux me l’offrir moi-même. Il n’y a rien qui puisse me faire plus plaisir!

Est-ce-que vous m’accompagnerez en pensée le 27 pour ce très douloureux cheminement? Êtes-vous avec moi comme c’était le cas lors du premier rendez-vous lorsque j’avais l impression de ne pas être seule? Je penserai à vous lorsque je serai dans le couloir le plus difficile de ma vie et j’espère que maintenant je ne suis pas seule.

Cordialement,
G. S.

Bonjour Madame Herold,

Je compte les jours à reculons ! Encore 8 jours et ensuite c’est le grand jour! J’arrive pas à croire que vraiment faire le pas en vous appelant au début du mois et maintenant, on est prresque au but !! Incroyable !!!

Je dois dire cependant que désormais, mes crises de panique ne cessent d’augmenter ….bien que la conversation avec l’anesthésiste se soit bien passée … .

Je ne pense qu’à mes dents ! Est-ce-que ça fait mal ? Que se passe t-il si je ne me réveille pas ? Questions après questions … .

Merci beaucoup de me permettre de vous appeler en permanence et de vous faire part de tous mes soucis par email. Vous avez toujours une oreille attentive … .

Je vous souhaite à vous ainsi qu’à votre famille un très bon week-end.

Cordialement,
G. S.

P.S. J’aurai très probablement d’autres informations à vous communiquer lundi …

Bonjour Madame Herold,

Encore 5 jours avant le grand jour! Le compte à rebours est irrémédiablement en marche … Questions après questions, les angoisses se font de plus en plus fortes!

Ma plus grande peur, c’est vraiment de ne plus pouvoir faire les derniers pas – quand je m’imagine ce que j’ai déclenché, je préfèrerais m’enfuir.

Etiez-vous aussi dans ce cas ? Ou suis-je paranoïaque?

Cordialement,
G. S.

Bonjour Madame Herold!

Encore 4 jours jusqu’à l’opération! Il est difficile de croire que j’ai appelé la première fois le 26.9. (me semble-t-il) et que j’obtenais déjà le 4. 10. le premier rendez-vous T1 avec le Dr. Leu à Cologne. Dans un mois l’opération devrait avoir lieu … oh mon Dieu, les crises de panique se rapprochent vraiment de plus en plus et je n’arrive absolument pas à penser à autre chose!

J’espère que je vais y arriver. Ma plus grande peur c’est de savoir que je vais être opérée pendant au moins 4 heures et de ne pas savoir ce qui se passera ensuite. Difficile pour moi de m’imaginer qu’ensuite, je pourrai rentrer chez moi. Que se passera t-il ensuite? A quoi vais-je ressembler?

Pour mon mari, les heures vont durer une éternité. Ca je le sais.

Est-ce-que vous ou votre famille avez supporté cela aussi à l’époque?

Cordialement,
G. S.

P.S. J’espère que je ne vais pas perdre mes forces et que je tiendrai jusqu’au bout !!!

C’est encore moi!

Vous finissez par me faire de la peine car les questions que je vous pose, je vous les ai certainement posées 1000 fois auparavant. Peu importe ce que ca me coûte vu tout ce que vous faites pour moi tous les jours … je suis vraiment très contente de vous avoir à mes côtés!

Mon mari se fait déjà du soucis (cependant il n’a pas peur du dentiste) cela signifie qu’il ne sent pas non plus que ca puisse sentir le dentiste. Il a davantage peur de l’état dans lequel je serai après l’opération et comment je vais me débrouiller avec ce changement ! Et il espère bien sûr que je ressortirai de là sans douleurs …

Que signifie „planer“? Vous voulez dire qui donne le vertige? Je pense que c’est normal après une anesthésie. Seriez-vous capable ou étiez-vous capable de vous allonger dans votre canapé et de regarder un peu a télé? Ou bien est-on tellement fatigué que l’on ne peut que dormir?

On va me présenter le dentiste et l’anesthésiste – c’était aussi le cas pour vous ?

Je me demande toujours pourquoi je fais ca … .

Cordialement,
G. S.

Chère Madame Herold,

Encore deux jours avant mon rendez-vous! Je n’arrive pas à le croire et j’ai vraiment très peur!

Toutefois, le compte-rendu de mardi m’a fait beaucoup de bien et j’espère que tout se passera sans problèmes et que je n’aurai ni douleurs ni gonflements. Même si ca doit „pincer“ un peu les jours prochains, je prendrai autant de comprimés que nécessaires pour stopper la douleur. Et ca, c’est quelque chose que je connais bien!

J’espère que vous penserez à moi ce jour là et que ce sera pour moi la rédemption. D’une certaine manière, je le sais. C’est bizarre!

Cordialement,
G. S.

Bonjour Madame Herold,

J’ai surmonté cette épreuve! Dieu soit loué, je suis heureuse!

Hier matin, j’étais relativement calme-bizarrement-! Même lorsque mon mari et moi-même sommes montés dans l’ascenseur pour aller au cabinet dentaire, je me sentais vraiment bien- je n’étais pas aussi nerveuse que lors du premier rendez-vous (T1)- on a traversé le couloir, et c’était là! Cette odeur de dentiste qui me pique le nez, j’en étais mal. J’ai proposé à mon mari de patienter avant qu’il ne sonne. Après avoir pris l’air et en luttant contre moi-même, je me suis finalement décidé à sonner. Le Dr. Unkel m’a ouvert la porte. Ce que je lui ai d’abord dit, c’était la chose suivante: «ça sent tellement le dentiste ici». Il m’a conduit directement dans la salle d’attente et m’a expliqué quelque chose. Ensuite, mon dentiste Madame Jabbor est arrivée et elle s’est rapidement présentée. Je n’ai aperçu le Dr. Nabi que de loin de même que son assistante.

Le Dr. Unkel est revenu vers moi dans la salle d’attente et m’a prié de retirer ma montre ainsi quem on alliance – et voilà c’était parti ! Je disais encore : "Oh mon Dieu“ et le Dr. Unkel et mon mari se levaient afin de prendre avec moi ce chemin vraiment difficile. Arrivée dans la salle de soins, je également l’assistante de l’anesthésiste Madame Flörke et – encore aujourd’hui je n’arrive pas à y croire – je me suis assise sur le fauteuil de soins – toute seule! Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, peut-être parce que je savais que c’est la rédemption pour moi. Mon époux me tendait la main très gentiment jusqu’à je m’endorme vraiment.

Mon mari me tenait toujours la main au réveil. Je ne pouvais pas croire que ce soit enfin terminé. J’avais vraiment froid mais je n’avais pas véritablement de douleurs! On m’a donné quelque chose contre les tremblements et je me sentais mieux! Toutefois, le fait que mes lèvres étaient gonflées voire gercées n’était pas vraiment agréable de telle sorte que je pouvais difficilement parler.

Après 15 minutes, je voulais me lever pour me rendre aux toilettes – Je me sentais alors vraiment bien!

Arrivée à mon domicile, je me suis allongée sur le canapé et j’ai pris un léger médicament et je me suis rafraichi les joues. La nuit suivante, je n’avais aucune douleur, aujourd’hui non plus.

Je ne sais pas pourquoi c’étais si simple! Et maintenant je me demande tout le temps : «De quoi avais-tu donc peur?»

Même hier, lorsque j’ai appelé le Dr. Unkel et qu’il m’a demandé comment je me porte, il était surpris de mon comportement ce matin et m’a félicité d’avoir pris une décision aussi merveilleuse.

Je remercie vraiment tous ceux qui étaient près de moi. Toute l’équipe de GDO, vous Madame Herold qui étiez près de moi en pensée et pas des moindres, je remercie aussi mon mari ! Sans lui, je n’aurais de toutes façons jamais réussi à tenir. Les jours d’attente font désormais terminés. Maintenant, les jours viendront où je pourrai rire!

Je serai très certainement accompagné lors du T3 d’un drôle de sentiment (ca ne fait pas mal..etc …), mais j’ai confiance. Vraiment confiance! Ca n’a pas de prix!

Cordialement,
G. S.

Bonjour Madame Herold,

Demain arrive enfin le jour où je peux aller chercher mes nouvelles dents. Je ne sais pas encore comment j’y suis arrivé et je suis vraiment contente et reconnaissante que vous m’ayez donné autant de courage. A présent, il ne vous reste qu’à m’en donner une dernière fois. Sans vous tous, je n’aurais jamais parcouru autant de chemin.

Sincères salutations
Votre G. S.

Chère Madame Herold,

Je suis si heureuse. Je pourrais vous prendre dans mes bras, ainsi que tous les autres et vous dire à quel point vous aviez raison. Il a été si simple de suivre la thérapie et c’était une très bonne décision. A vrai dire, hier soir, je n’étais pas encore aussi fière. Sur le chemin jusqu’au cabinet, je me suis sentie assez « mal en point ». La peur de ne pas supporter de sentir à nouveau cette odeur âcre m’a envahit. Arrivée au cabinet et étant déjà mentalement au bout du rouleau, je me suis tout d’abord assise sur l’un des fauteuils.

Mon mari salua le Dr. Nabi et les assistantes dentaires, cependant je n’étais moi-même pas en mesure de le faire. Le Dr. Nabi m’expliqua ensuite, que rien ne serait fait sans mon accord. J’aurai également pu reporter le rendez-vous, si je ne l’avais pas voulu au plus profond de moi-même. Je n’ai eu à aucun moment l’impression de devoir faire quelque chose. L’assistante dentaire était extrêmement gentille et me proposa d’attendre dans un premier temps dans la salle d’attente et d’ouvrir grand la fenêtre.

L’air frais me fit beaucoup de bien. J’étais debout à la fenêtre et pensait tout simplement, ce n’est quand même pas possible que tu te dégonfles à ce point ! Non, je veux cette thérapie, je me retournai et fis demi-tour en direction du couloir et dis au Dr. Nabi : «Bon, alors on commence maintenant». D’où j’ai trouvé la force, je suis incapable de le dire. Dr. Nabi était content, et m’assura encore une fois que rien ne se passerait sans mon consentement.

Courageuse et quelque part fière de moi, je m’assis sur le fauteuil de torture ! Ce n’est pas possible et je ne le comprends toujours pas jusqu’à présent, mais j’étais si calme, aucune crise de panique. Plus le Dr. Nabi avançait dans son travail (tirer les fils, retirer les prothèses provisoires (environ 7), mettre en place les couronnes ainsi que les bridges fixes) plus je me calmais. Incroyable, mais je ne voulais même plus descendre du fauteuil. La prothèse pour le maxillaire inférieur doit être rebasée, j’aurai donc encore une fois le plaisir de rencontrer cette super équipe afin d’achever le traitement. Le résultat est déjà excellent, je peux déjà manger tout ce que je veux depuis hier soir. Je suis tout simplement heureuse!

J’éprouverai certainement toujours un sentiment de peur, mais la panique s’est envolée! Quand je pense qu’il y a un mois encore, j’avais des dents en si mauvais état (on m’a retiré 11 dents, y compris les restes de racines, 7 dents ont été meulées pour mettre en place des couronnes ou bridges fixes, un nettoyage professionnel a été effectué = le tout sous anesthésie générale) et que maintenant je ne voudrais plus jamais perdre ce sourire de mon visage.

J’ai déjà hâte d’aller au prochain rendez-vous pour l’ajustement de ma prothèse du maxillaire inférieur et je me déciderai certainement pour les implants, mais uniquement chez vous. Cette confiance véritablement instaurée n’a pas de prix.

Je n’arrive presque pas à croire que je suis maintenant assise ici en train de vous écrire chère Madame Herold. Combien de fois ai-je regardé le site internet et lu les témoignages d’autres personnes en pensant toujours, mon cas est certainement bien plus grave.

Aux personnes qui lisent mon témoignage je voudrais faire passer le message suivant : le pas le plus difficile mais le plus important à franchir est de saisir le téléphone ! Quand vous l’avez franchi, on vous tend tellement de mains, que l’on a soi-même plus grand chose à faire – en principe, vous êtes porté(e)s jusqu’à ce que vous ayez atteint votre objectif!

Je ne peux que me répéter, je remercie tous ceux qui m’ont soutenue et particulièrement vous chère Madame Herold, le Dr. Leu et le Dr. Nabi et tous les autres aussi ! Et le dernier bien sûr, mon mari, à qui j’ai vraiment porté sur les nerfs!

Les temps où je devais me cacher sont révolus. Maintenant arrivent les jours où je ne ferais que „rire“!

Je vous salue très gentiment et vous aurez certainement bientôt de mes nouvelles.

Votre G. S.

Chère Madame Herold,

Maintenant c’est la dernière fois que je peux vous envoyer un email pour votre site internet. Samedi, j’ai eu mon tout dernier rendez-vous et cela a été si simple ! Pour être franche, il a fallu que j’attende encore un peu, mais il m’a été si facile de m’asseoir sur ce «fauteuil» !

Le Dr. Nabi a pris l’empreinte de ma dentition et mes dents ont été encore une fois polies, et rien de tout cela ne m’a fait mal, et je me suis laissée faire! Demain, cela fera un mois que j’ai été opérée et demain on m’envoie la prothèse … incroyable!

Morgen vor einem Monat wurde ich operiert, und morgen wird mir die Prothese zugeschickt ... unglaublich!

C’est certainement beaucoup plus tard que je réaliserai ce que j’ai entrepris, mais pour aujourd’hui je peux tout simplement dire : merci que le GDO existe ! Je vous remercie tellement Madame Herold, ainsi que tous les autres qui ont été à mes côtés.

Mes très sincères salutations.
G. S.

Chère Madame Herold,

Je voulais encore vous remercier pour le fait que tout ce soit déroulé si facilement, pour tout dire à merveille. Je n’arrive toujours pas à croire que j’ai eu le courage de vous appeler.

Cela a été si simple … mes remerciements chaleureux à vous qui m’avez suivie pendant tout ce temps.

Mes très sincères salutations.
G. S.

Brief am 17.12.2007 – ein paar Tage nach einem TV Auftritt im Schweizer Fernsehen

Chère Madame Herold,

Comme promis, le témoignage de ma première apparition à la télévision!

Je n’arrive toujours pas à croire d’avoir eu l’honneur de témoigner au cours d’une interview sur mon traitement et sur la manière dont j’ai vécu la thérapie avec le GDO, c’est à dire la manière dont j’ai été suivie pendant toute la durée ou mes dents ont été refaites: j’ai retrouvé mon sourire.

Madame Fol, rédactrice de la chaîne suisse Tele M1, une personne très gentille, s’est présentée brièvement et m’a expliqué un peu la façon dont la véritable interview allait se dérouler. A ma grande surprise je dois dire que je n’étais aucunement nerveuse et que j’ai répondu aux questions aussi directement et de façon aussi exhaustive que je l’ai fait au cours de mes témoignages : j’ai pu me confier très facilement.

Je n’arrive toujours pas à croire jusqu’à aujourd’hui, que ce soit vraiment moi qui ai témoigné et je le redis toujours : je me referais soigner les dents à tout moment Si vous saviez, comment j’ai regardé le Dr. Leu. Le Dr. Leu a vraiment partagé ma joie. En me voyant si radieuse, il m’a dit « Vous êtes si radieuse, mais vous souvenez-vous à quel point vous aviez peur la première fois ! » Naturellement je m’en souviens, comment pourrais-je l’oublier.

Pour conclure l’interview (et j’espère que cela va être diffusé, puisque Madame Fol avait souhaité une belle phrase de conclusion) je dis alors „J’ai toujours cherché une main tendue, et tant de mains m’ont été tendues, que je n’avais moi-même plus rien à faire. En principe, on m’a porté“.

Encore mille mercis!

Sincères salutations
Votre G. S.

La manière dont Madame D.Z. de Vienne a vécu les différentes phases de son traitement avec la Thérapie en trois rendez-vous

Chère Madame Herold!

C’est encore moi. Depuis ce matin mes crises de panique se multiplient. Bien que j’essaie de rester calme et de penser à autre chose, malheureusement mes pensées s’égarent à plusieurs reprises. J’ai l’impression que mes mains ont passé la nuit dans au congélateur. Mes genoux tremblent, J’ai des sueurs froides au front et je pourrais à chaque instant éclater en sanglots. Je suppose que vous connaissez vous-même ces sensations et cet état. Par moment, aussi fou que cela puisse paraître - j’ai vraiment hâte que le rendez-vous ait lieu.

Toujours et encore j’examine le site internet et je me dis que tout va rentrer dans l’ordre. J’ai également fais la paix avec mes deux amies avec qui je m’étais disputée. En raison de mon problème, nous avions rompu le contact. Je leur ai raconté et elles m’ont encouragée. Elles ne peuvent certes pas comprendre le problème, mais cela m’aide déjà beaucoup de m’être confiée.

Malheureusement cela n’a pas été le cas avec tout le monde, au bureau je n’ai récolté que des froncements de sourcils ou des hochements de tête. Peu importe, je sais que j’ai pris la bonne décision. Je me dis que les gens qui ne souffrent pas d’un tel problème peuvent tout simplement être heureux de ne pas avoir à subir le rejet et la honte.

Je me suis également séparée de mon ami, qui ne faisait que m’utiliser, me tromper et me mentir. Je me suis résignée à croire que je n’avais rien mérité de mieux. Un peu bête je sais. Bon maintenant je ne veux pas vous importuner plus longtemps, cela m’a fait déjà beaucoup de bien de poser mes pensées sur papier. Je sais que tout va s’arranger, le plus rapidement possible je l’espère.

Mes sincères salutations de Vienne et je vous souhaite une agréable journée de travail.

D. Z.

Chère Madame Herold!

J’y suis arrivée, j’ai surmonté le rendez-vous!!! Je n’arrivais pas du tout à dormir, tellement j’étais heureuse. C’est la première fois qu’un dentiste m’a dérobé le sommeil et éveillé en moi un tel sentiment de joie, je lui en suis très reconnaissante.

Tout a été deux fois moins méchant que ce vous m’aviez annoncé. Je suis contente d’avoir franchi le pas. Je pourrais en chialer de bonheur, chanter, danser et crier. Seulement avec le rire ne marche pas comme je le voudrais, mais je sais tout du moins depuis hier, que bientôt ma nouvelle vie va commencer. Naturellement j’ai un peu peur de l’opération c’est clair, mais je la surmonterai aussi.

Ainsi maintenant, j’attends le devis estimatif et espère un rendez-vous le plus rapidement possible.

Encore une fois merci bien pour vos paroles encourageantes et encore mille mercis au D. Leu!

Sincères salutations de Vienne!

D. Z.

Chère madame Herold!

Ca démarre. J’ai rendez-vous pour l’opération le lundi, 12.2.2007. Demain, je dois aller faire une prise de sang et lundi je vais chercher l’autorisation pour l’opération chez le spécialiste des maladies internes. Ensuite, il me restera encore une semaine à avoir peur.

Hier je suis allée faire des courses et je me suis achetée le rouge à lèvre rose le plus cher et le crayon contour des lèvres assorti.

J’ai tout fait emballé dans du papier cadeau! Maintenant, tout se trouve chez moi, sur ma table de nuit et chaque fois que j’ouvre les yeux au petit matin, cela me donne du courage. Enfin, je suis si heureuse d’avoir franchi ce pas et j’ai tellement hâte de pouvoir rire enfin à nouveau!

Voilà c’était brièvement la plus grande trouillarde de Vienne. Je vous ferais à nouveau un petit signe avant l’opération.

Sincères salutations de Vienne
D.Z

Chère Madame Herold!

Bon maintenant j’ai tout réglé, j’ai l’autorisation pour l’opération dans les mains, également les résultats pour les analyses de sang. J’ai eu peur qu’un évènement de dernière minute ne se produise, mais rien de tel ne n’est arrivé. Maintenant, je suis de plus en plus proche de mon objectif. Bizarrement je ne suis pas du tout nerveuse. Mais comme je me connais déjà, ca ne va certainement pas tarder.

Je vais consacrer mon week-end à la détente et à la relaxation, nager et aller au sauna. Peu importe, je n’ai pas peur de l’opération, seulement une drôle de sensation au ventre. En ce moment l’euphorie règne en raison de l’effet „avant“ et après“. A l’idée de l’après, je suis complètement excitée, car je ne peux même pas encore me l’imaginer. Ma maman passera la première nuit avec moi et viendra aussi me chercher lundi. Mon vœu le plus cher serait de pouvoir lui sourire, car ma maman est la meilleure maman au monde.

En tout état de cause, je me manifesterai la semaine prochaine, quand tout sera derrière moi. J’espère que vous penserez bien à moi et que vous me croisez les doigts.

A bientôt et bien le bonjour de Vienne.

Bonjour chère Madame Herold,

Depuis hier je sais qu’un ange existe, je l’ai rencontré : toute l’équipe du GDO. J’ai surmonté l’opération sans problème, je n’ai ni douleurs, ni gonflements. J’ai tout simplement faim! Malheureusement je ne peux pas tout manger, mais ce n’est pas grave, finalement c’est bien pour la ligne. Maintenant j’attends avec impatiente le troisième rendez-vous qui va bouleverser ma vie.

Je ne peux pas vous dire à quel point ce poids tombe de mes épaules, tout ce qui figurait sur le site s’est réalisé. J’ai des sensations bizarres dans la bouche, mais ca aussi ca passera. Voilà de nouveau de brèves nouvelles de Vienne, je me manifesterai certainement à nouveau.

Comme je l’ai lu, tout ce qui va être fait , (je n’ai compris que la moitié – mon mari est très gentil et parle de tout cela au téléphone avec Madame Dettmann) et je me sens toujours mal. C’est chez moi que ça va certainement le plus mal – rarement un dentiste a vu une telle chose!!! J’essaie pendant tout ce temps de me souvenir de cette sensation agréable lors du premier rendez-vous avec le Dr.Leu. Comme il était confiant – mais maintenant – tout a changé !

Sincères salutations.
D. Z.

Bonjour Madame Herold!

Le dernier rendez-vous s’approche à pas de géant. Lundi, c’est enfin le jour „J“, je n’arrive pas encore à y croire. Aujourd’hui j’ai feuilleté mon agenda et je m’étonne de voir à quel point le temps a si vite passé depuis mon premier appel. Je me souviens encore très précisément de notre premier entretien téléphonique et aujourd’hui à peine deux mois plus tard, tout est fini.

Naturellement, je me sens toute drôle avant le dernier rendez-vous, mais je me dis sans cesse que j’ai déjà le plus gros derrière moi. Quand j’y pense, le pas le plus difficile à franchir était le premier rendez-vous. Mais je suis si contente de l’avoir franchi. Chaque succès nécessite un premier élan et maintenant je suis tout près du but. Je n’arrive pas à y croire, je ne sais pas comment l’exprimer avec des mots. Ce sentiment est tout simplement indescriptible.

Je remarque chaque jour à quel point je vais mieux et que je ne me ballade plus avec une expression du visage aussi pincée. De plus, j’ai hâte de voire les faucettes qui orneront mon visage lundi. Je vous souhaite un merveilleux week-end et je me manifeste avec certitude la semaine prochaine.

Sincères salutations de Vienne.
D. Z.

Bonjour chère Madame Herold!

Encore une fois, vous aviez raison, ca n’a – presque – pas fait mal. J’ai certes quelques difficultés à parler, mais ca va certainement s’arranger.

J’adore mes nouvelles dents, Je pourrais contempler mes dents et sourire à mon miroir presque toute la journée. Cela peut paraître peut-être un peu prétentieux, mais j’en ai même un sur mon bureau. C’est plus fort que moi, je ne peux pas m’en empêcher, car combien de temps j’ai évité ce miroir. J’aurais préféré au mieux tous les décrocher pour ne plus à avoir à me regarder dans la glace. Mais c’est du passé. En tous les cas, j’ai aujourd’hui essayé mon nouveau rouge à lèvre et je suis toute belle. Non, je ne rendrais plus jamais mes dents.

En ce qui concerne le problème d’élocution, ca va s’arranger, ce n’est qu’une question de temps. Je ne me fais aucun souci.

Malheureusement la prothèse pour le maxillaire inférieur ne s’est pas très bien adaptée, raison pour laquelle mon sourire n’est pour le moment qu’à moitié restauré. Mais cela ne me dérange pas, car je sais déjà ce qui m’attend de nouveau dans 2 semaines.

J’ai encore quelques problèmes pour manger, mais ca va s’arranger. J’attends avec impatiente le dernier rendez-vous, qui je l’espère sera cette fois vraiment le dernier, et alors je vous envoie comme promis une photo. Je vous souhaite encore une très bonne journée et mes sincères

Salutations de Vienne.
D. Z.

Bonjour chère Madame Herold!

Hier j’ai eu mon dernier rendez-vous. Et cela avec le chef en personne. J’étais vraiment étonnée en entrant dans la pièce de constater que le Dr. Leu m’attendait. Tout simplement le sentiment que l’on éprouve avant chaque rendez-vous chez le médecin.

Lorsque j’ai pris l’ascenseur hier jusqu’au dernier étage, je n’arrivais pas à y croire. Je me suis très bien remémorer le 22.1 et l’état dans lequel j’étais la dernière fois que l’avais pris; en sueur, honteuse, malade de peur. Et aujourd’hui, 2 mois après, ma vie s’est complètement transformée. J’aborde maintenant facilement les gens et je n’ai plus du tout peur de parler, et encore moins de rire. Vendredi j’ai même un rendez-vous galant pour aller manger. Difficile de croire que tout ai pris une si bonne tournure.

Je tenais encore à vous remercier tous profondément. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si je n’avais pas trouvé le site internet. Un rêve s’est enfin réalisé pour moi. J’espère qu’avec mon témoignage je pourrais aider des personnes souffrant du même problème. Le pas le plus difficile à franchir est le premier, c’est à dire saisir le téléphone. Mais dès cette barrière est levée, on entrevoit déjà la lumière au bout du tunnel.

Sincères salutations de Vienne
D. Z.

Bonjour chère Madame Herold!

Je tiens encore sincèrement à vous remercier pour ce super encadrement. Pour moi tout est terminé, j’ai récupéré aujourd’hui ma prothèse après rebasement.

Je n’arrive toujours pas à croire que tout se soit déroulé aussi rapidement, mais surtout de façon si indolore. Mardi, cela a fait 4 mois que j’ai subi l’opération et je n’ai absolument plus aucune crainte, sueurs ou états semblables lorsque je pense au dentiste. Je suis si heureuse d’avoir trouvé ce site internet qui a transformé ma vie pour le meilleur.

Merci encore une fois pour tout, à vous tous qui avez rendu ma vie de nouveau digne d’être vécue.

Sincères salutations de Vienne
D. Z.


En savoir plus:

Phobie du dentiste/peur du dentiste

Thérapie en 3 Rendez-vous : Déroulement et objectives

Spécialiste de phobie dentaire: le Docteur Michael Leu